Saint-Léonard

L’école Antoine-de-Saint-Exupéry, un modèle pour le monde

Photo: Leslie Meuraillon/TC Media

Une délégation des Îles Féroé (Danemark) a voyagé plus de 4000 kilomètres pour visiter l’école secondaire Antoine-de-Saint-Exupéry afin d’en apprendre plus sur la formation préparatoire au travail qu’offre cet établissement de Saint-Léonard.

Mardi 13 septembre, plusieurs représentants de la commission culture et éducation des Îles Féroé visitent les locaux de l’école Antoine-de-Saint-Exupéry, institution qui recense de nombreux programmes qui visent à préparer au plus tôt les élèves au monde du travail. «Nous connaissons déjà très bien l’Europe. Je suis sûre que pour apprendre, il faut aller voir plus loin et observer des choses que tu ne connais pas et que tu peux vraiment analyser pour mieux comprendre ce que tu as chez toi», explique Anna Janssen, présidente de la commission culture et éducation des Îles Féroé.

Antoine-de-Saint-Exupéry propose par exemple le Programme Formation Axé sur l’Emploi (PFAE), la Formation aux Métiers Spécialisés (FMS), le Pré-Diplôme aux Études Professionnelles (Pré-DEP) mais surtout la Formation Préparatoire au Travail (FPT). C’est ce programme destiné aux élèves de 15 ans et plus qui intéressaient les Féringien en visite. Étalé sur trois ans, le FPT s’adresse aux enfants qui n’ont pas atteint les résultats exigés en Français et en mathématiques au niveau primaire. Il permet de «donner envie aux enfants en difficultés scolaires de réapprendre » explique Luc Noël, directeur de l’école Antoine-de-Saint-Exupéry.

Pendant la première année, les élèves sont amenés, en plus de leurs cours de base, à réaliser un stage à l’intérieur de l’école. Ils ont notamment la possibilité de travailler dans l’atelier cuisine, d’apprendre à réparer des vélos ou encore de s’initier à la charpenterie. La deuxième et troisième année, ils alternent entre les cours à l’école et un stage en extérieur parmi un choix d’entreprises partenaires de l’école. Tout ça, dans l’optique de se préparer au monde du travail détaille Luc Noël : «Avec ce programme, on donne aux élèves toutes les habilités pour le monde du travail. Mais aussi les attitudes à adopter, comme se lever tôt, s’habiller correctement, savoir faire son CV, etc. »

Similitudes entre les Îles Féroé et le Québec
Ce système éducatif n’existe pas aux Îles Féroé, une province autonome du Danemark située dans l’océan Atlantique, entre l’Écosse et l’Islande. C’est pourquoi, Anna Janssen, présidente de la commission culture et éducation, a décidé de rendre visite à l’école Antoine-de-Saint-Exupéry. Et ce n’est pas au hasard si elle a choisi Saint-Léonard au Québec plutôt qu’ailleurs : «J’ai compris au fur et à mesure de mes recherches que le système scolaire québécois est aussi très particulier. Je suis très intéressée par l’orientation et la réussite de tous. On va beaucoup s’inspirer de ce qui se fait ici. »

Une idée qui plait assez aux professeurs de l’école Antoine-de-Saint-Exupéry qui étaient plutôt flattés de cette visite étrangère. «Je suis vraiment contente. C’est le fun de savoir qu’il y a des gens qui s’intéressent à ce que l’on fait chez nous. » témoigne Pascale Quesnel, enseignante à l’atelier cuisine. Alors, l’école de Saint-Léonard va-t-elle devenir un modèle à suivre ? Il faudra aller aux îles Féroé pour le savoir…

Articles récents du même sujet