Saint-Léonard

Une entreprise locale sélectionnée pour un mentorat vert

Une entreprise locale sélectionnée pour un mentorat vert
Photo: Félix Lacerte-GauthierLa salle d'exposition de Happening donne à ses clients un aperçu des possibilités de locations.

L’entreprise Happening, qui fait de l’organisation d’événement et la location d’équipement et de meubles dans le domaine de l’événementiel, veut être plus écoresponsable. Elle vient d’ailleurs d’être sélectionnée par la Ville de Montréal pour participer à l’édition 2019 du Parcours Développement durable Montréal.

Le défi est surtout au niveau de l’incorporation de nouvelles pratiques. C’est toujours facile à dire, mais pas nécessairement évident de le mettre en application – Pascal Desharnais, président de Happening

Situés boulevard Crémazie, à la frontière entre Saint-Léonard et Saint-Michel, les locaux de Happening ressemblent, de l’extérieur, à l’un des nombreux entrepôts quelconques qui abondent sur la rue.

La magie opère toutefois dès la porte d’entrée franchie, en arrivant dans la salle d’exposition qui ressemble à une véritable caverne d’Ali Baba. Une table de conférence dont les chaises sont des balançoires, des mannequins aux airs rétrofuturistes ou encore des accessoires de cirque sont quelques-uns des nombreux artéfacts agrémentant l’endroit.

Grâce à sa sélection au Parcours, l’organisation aura droit à un accompagnement et à des séances de formations tout au long de l’année afin de favoriser l’implantation de pratiques écoresponsables en son sein. À l’issue du processus, elle recevra la certification Écoresponsable du Conseil des industries durables (CID). Au total, 20 entreprises ont été désignées, à l’issue d’un processus rigoureux, pour y participer. La moitié d’entre elles sont également dirigées par des femmes.

« On est évidemment très fier d’avoir été choisi, s’exclame d’entrée de jeu la directrice de comptes et développement des affaires de Happening, Brigitte Hénès. C’est un grand pas dans la bonne direction pour l’entreprise. »

Favoriser le développement à l’interne
D’abord connue pour organiser des événements, l’entreprise offre également à ses clients la possibilité de louer des meubles et de l’équipement. Depuis peu, elle a développé une expertise pour produire ses propres items, alors qu’auparavant elle devait les commander.

Le président d’Happening, Pascal Desharnais, assis dans un décor à thématique urbaine, créé dans le cadre du 375e anniversaire de Montréal.

C’est caché derrière une épaisse porte coulissante, près de l’entrée principale, que se retrouvent les ateliers. Menuiserie, couture, scène cinématographique ; tout y est. Un gigantesque entrepôt permet à l’entreprise d’entreposer ses différents équipements et mobiliers entre deux événements.

« On met de l’avant notre volet artisanal, explique le président de l’entreprise, Pascal Desharnais. Que ce soit pour mettre le concept sur papier, l’envoyer au menuisier qui va construire les décors ou au technicien qui va mettre en place les idées, on peut accompagner nos clients à chaque étape en intégrant davantage nos équipes dans le processus. » Une restructuration du département audiovisuel permettra prochainement aux clients de l’entreprise de voir physiquement à quoi ressembleront leurs projets, alors qu’auparavant ils devaient se fier à des modélisations informatiques.

Une sélection importante
« J’avais déposé une candidature l’an passé pour le [Parcours innovation PME Montréal], mais elle n’avait pas été retenue, confie M. Desharnais. Cette année, on a effectué des changements à l’interne et on repense notre offre de service. Je crois qu’on y était mieux préparé. » Pour lui, la sélection de l’entreprise s’insère également très bien dans ses démarches actuelles.

Les objectifs de Happening sont d’améliorer ses pratiques dans ses propres locaux et sur les sites des divers événements auxquels elle participe. Pour y arriver, quelques pistes de solutions sont avancées : favoriser des produits nettoyants plus écologiques, diminuer les emballages utilisés sur les sites ou encore l’utilisation de matériaux réutilisables, notamment. « Le défi est surtout au niveau de l’incorporation de nouvelles pratiques. C’est toujours facile à dire, mais pas nécessairement évident de le mettre en application », admet M. Desharnais. Il est néanmoins fier des efforts entrepris en ce sens au cours de la dernière année et espère que sa sélection au Parcours poussera ses efforts encore plus loin.

« Autant socialement, qu’économiquement ou environnementalement, c’était important pour nous de nous positionner en termes de développement durable, ajoute Mme Hénès. On aura une belle forme d’influence par la suite, pas seulement au sein de notre entreprise, mais également auprès de nos clients. »

La directrice de comptes de l’organisation entrevoit le futur d’un bon œil. « On fera partie des acteurs du changement, et on espère pouvoir influencer positivement le plus de gens autour de nous, en commençant par nos propres employés », conclut-elle.