Démystifier la recherche d’emplois

Démystifier la recherche d’emplois
Photo: Félix Lacerte-GauthierL’événement se faisait sous la forme d’un panel, dans lequel le public était invité à poser ses questions. Par la suite, les participants ont pu échanger dans un cadre plus informel.

L’organisme Horizon Carrière mettait à l’épreuve mardi soir une nouvelle formule afin de réunir chercheur d’emplois et employeurs. L’objectif était de démystifier certaines perceptions reliées à l’embauche.

Réalisé sous la forme d’un panel, l’événement a permis à des représentants de trois employeurs du domaine public, soit l’Agence de Revenu du Canada (ARC), la Commission Scolaire de Montréal (CSDM) ainsi que le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS de l’est) de répondre aux questions du public.

« On a beau, nous, comme conseiller et intervenant, exprimer à nos membres ce qu’on pense que les employeurs veulent, c’est une étape de plus pour d’avoir ces derniers ici pour qu’ils répondent aux questions, résume la directrice générale d’Horizon Carrière, Lina Raffoul. On espère que ça a permis de défaire des mythes. Et il y en a beaucoup ! »

Les difficultés pour une personne surqualifiée de se trouver un emploi, la discrimination liée à l’âge, la reconnaissance des équivalences font partie des nombreux points qui ont préoccupé les participants.

Pour Arthur Kosim, qui représentait l’ARC, la soirée a permis d’établir un dialogue constructif entre les participants et intervenants. « Ce n’est pas quelque chose d’habituel, c’était la première fois que je participais à un tel événement, mais c’était plaisant, révèle-t-il. Je crois que ça a définitivement permis d’aider autant les personnes présentes, que nous, les employeurs, en nous permettant de se parler. »

Des propos qui trouvent un écho chez la conseillère en gestion de personnel à la CSDM, Marie-Ève Germain, qui faisait également partie du panel. « C’est rare qu’on soit considéré comme des experts et qu’on ait l’occasion de répondre à des questions du public, souligne-t-elle pour sa part. C’était très bien organisé, et les participants étaient bien enthousiastes. » Pour elle également, il s’agissait d’une première présence à un événement semblable.

François, qui a terminé ses études à l’Université Laval, voulait surtout apprendre comment se fait le recrutement dans la fonction publique. Il a d’ailleurs bien apprécié sa soirée. « Il y a eu beaucoup d’informations c’était une expérience enrichissante, retient-il. Ça m’a aussi laissé la chance de parler directement à ces employeurs pour comprendre comment ils fonctionnent. »

Pour Mme Raffoul, cette première expérience s’est révélée somme toute positive. Elle prévoit d’ailleurs reprendre la formule pour de prochains événements de son organisme.