Saint-Léonard

Épicerie Métro : un projet-pilote contre le gaspillage alimentaire

Épicerie Métro : un projet-pilote contre le gaspillage alimentaire
Photo: Félix Lacerte-GauthierLa succursale de Métro situé à l’intersection de la rue Jean-Talon et du boulevard Pie-IX fait partie des 10 épiceries dans lesquels le projet-pilote est mis à l’essai.

Dans l’objectif de lutter contre le gaspillage alimentaire, la chaîne d’épicerie Métro teste un projet-pilote dans quelques-uns de ses magasins, dont celui situé à l’intersection de Jean-Talon et Pie-IX. Grâce à cette initiative, les clients obtiennent un rabais sur des produits dont la date de péremption approche.

« Il y a plusieurs magasins qui le faisaient déjà, souligne Geneviève Grégoire, chef des communications de l’entreprise. Ce qu’on vient faire, dans le fond, c’est d’uniformiser pour s’assurer d’avoir le même système pour tout le monde. »

Depuis juillet, ce sont dix épiceries à l’échelle de la province qui testent le projet dans tous leurs rayons, en plus de dix établissements supplémentaires qui l’essaient seulement pour leur section de produits laitiers. « C’est super simple, poursuit Mme Grégoire. On parle de réduire le prix de certains produits qui, autrement, finirait à la poubelle. Plutôt que de les retirer quelques jours avant la date fatidique, on les met en rabais. »

Un exemple d’étiquette apposée sur un produit dont la date de péremption approche.
(Courtoisie Geneviève Grégoire)

Chaque catégorie de produits dispose de ses propres critères. Dans le cas où un aliment ne trouverait pas preneur, il serait remis à une banque alimentaire, ou déposé à la récupération des matières organiques si la première option n’est pas possible.

« On pense que ça permettra de réduire le gaspillage alimentaire, de concert avec nos clients. Au final, ce sont eux qui décident. S’ils ne sont pas intéressés et n’achètent pas ces produits-là, ça ne peut pas fonctionner », affirme Mme Grégoire.

Maintenant en place depuis 3 semaines, le projet connaît du succès, selon la chef des communications. « Ce qu’on voulait d’abord voir est la réponse de la clientèle, et on peut dire qu’elle y répond bien, se réjouit-elle. On est bien content, parce qu’on voit que les retours sont positifs et qu’il y a une augmentation d’une semaine à l’autre. »

Pour l’instant, aucun plan de déploiement n’est encore mis en place afin d’étendre la mesure à l’ensemble des succursales de la chaîne. Ce sera néanmoins à l’ordre du jour une fois le projet-pilote terminé.