Sud-Ouest
10:00 5 mai 2021 | mise à jour le: 5 mai 2021 à 10:16 Temps de lecture: 4 minutes

Félix Ménard-Brière tentera de faire sa place avec les Alouettes

Félix Ménard-Brière tentera de faire sa place avec les Alouettes
Photo: Gracieuseté - James HajjarFélix-Ménard-Brière tentera de faire sa place avec les Alouettes.

Après plusieurs déménagements au cours des dernières années, le botteur Félix Ménard-Brière cherche une certaine stabilité et tentera de faire sa place au sein des Alouettes de Montréal cette saison.

Installé dans le Sud-Ouest depuis bientôt trois ans, l’athlète de 28 ans a signé un contrat de deux ans avec les Alouettes en février 2020.

«Ce n’est pas gagné. C’est un poste à aller chercher pour moi. C’est de l’excitation, mais aussi beaucoup de travail et de détermination», explique le natif de Sainte-Agathe-des-Monts.

Sélectionné en 4e ronde (34e au total) par les Blue Bombers de Winnipeg lors du repêchage de la Ligue canadienne de football (LCF) en 2017, Félix Ménard-Brière a signé avec le Rouge et Noir d’Ottawa, avec les Alouettes de Montréal et avec les Roughriders de la Saskatchewan en 2018. Il avait également été invité au camp d’entraînement des recrues des Giants de New York dans la NFL en 2017.

De retour à Montréal, il retrouve Danny Maciocia, directeur général des Alouettes, avec qui il a remporté la Coupe Vanier en 2014 avec les Carabins de l’Université de Montréal.

«Je sens vraiment que c’est une équipe qui croit en moi, en mon potentiel et en l’influence que je peux avoir sur l’organisation. C’est spécial d’arriver dans une équipe et de savoir que l’organisation te veut et t’apprécie.» – Félix Ménard-Brière

Stabilité avec les Alouettes

Récemment marié, Félix Ménard-Brière recherchait une certaine stabilité. «Ça n’avait pas été une année facile de faire autant de déplacements. Je suis arrivé à un moment dans ma vie où on ne peut plus faire ça pendant plusieurs années», admet-il.

Le couple a donc décidé de s’établir dans Saint-Henri, un quartier qu’il trouve familial et écoresponsable, des valeurs importantes à ses yeux.

«On avait un choix à faire à Montréal. On s’est établi ici à cause de la proximité du centre-ville et du travail pour elle et moi. Il y a aussi le canal de Lachine et le marché Atwater qui correspondent à notre style de vie», souligne-t-il.

S’adapter

En raison de la situation actuelle et de la fermeture des gyms pendant plusieurs mois, qui ont été rouverts il y a quelques semaines à peine, l’entraînement de Félix Ménard-Brière se poursuit, malgré certains changements.

«C’est sûr que mon entraînement physique a été moins affecté par la COVID parce que je pouvais m’entraîner à l’intérieur de mon appartement ou à l’extérieur. Je trouvais des façons d’y arriver quand même avec de l’équipement maison», dit l’athlète de 1,80 mètre (5 pieds 11) et 81 kg (178 livres).

Même si l’entraînement n’est pas le même que les autres années, il ne se laisse pas abattre par la pandémie. Au cours de l’hiver, à défaut de pouvoir se pratiquer à l’intérieur, il a réfléchi sur ce qu’il pouvait faire de mieux.

«J’en ai profité pour travailler un peu plus sur des points techniques comme la flexibilité et la mobilité. C’est de revenir aux points techniques fondamentaux. Quand je recommence à botter à l’extérieur, c’est d’y aller tranquillement», indique Félix Ménard-Brière.

Le joueur de football accueille d’ailleurs avec beaucoup d’enthousiasme le retour de la belle température.

«Ça m’encourage à sortir de plus en plus pour pratiquer les bottés dans les parcs et les terrains extérieurs», mentionne le botteur des Alouettes.

Après un arrêt de ses activités en 2020, la LCF compte reprendre là où elle avait laissé. Toutefois, pour le moment, il n’y a aucune information qui permet d’affirmer ou d‘infirmer qu’une saison 2021 aura bel et bien lieu.

Articles similaires