Sud-Ouest
18:09 3 juin 2021 | mise à jour le: 3 juin 2021 à 18:09 temps de lecture: 4 minutes

Succès instantané pour le club étudiant Véloom de l’ÉTS

Succès instantané pour le club étudiant Véloom de l’ÉTS
Photo: GracieusetéLe regroupement étudiant Véloom a été couronné de succès lors de sa première année d’existence.

Un peu plus de six mois après les débuts de Véloom, un regroupement étudiant de l’École de technologie supérieure (ÉTS) qui vise à concevoir des prototypes d’un véhicule à propulsion humaine favorable au développement durable, le club connait déjà du succès dans les compétitions de génie mécanique à l’étranger.

L’ÉTS a terminé au 1er échelon dans la catégorie Critical Design Review et en 2e position pour le volet Innovation dans le cadre du Human Powered Vehicle Challenge (HPVC) de l’American Society of Mechanical Engineers (ASME).

Il s’agit d’un concours de conception technique et d’innovation. Dans la première partie de la compétition, les participants devaient remettre un rapport de performance après avoir réalisé la modélisation 3D d’un prototype.

La seconde partie offrait la possibilité aux étudiants de présenter une pièce ou un système qu’ils trouvent innovateur. Le club de l’ÉTS a donc choisi de montrer la transmission de leur prototype.

Les résultats obtenus ont donné la première place au classement général à l’équipe montréalaise.

«C’est un énorme accomplissement parce qu’on a travaillé vraiment fort [dans les derniers mois]», s’exclame le cocapitaine du club étudiant Véloom, Richard Bergeron.

Véloom, dont le prototype présenté lors de la compétition se nomme Aéroo, a vu le jour en septembre dernier. Les membres de l’équipe ont donc dû mettre la main à la pâte afin d’être fin prêts pour les compétitions de 2021.

«C’est un véhicule qui est un peu plus axé sur la performance», souligne le cocapitaine.

L’évènement, qui s’est tenu virtuellement en avril, a rassemblé de nombreuses écoles de génie mécanique partout à travers le monde.

Début du projet

Richard Bergeron et Olivier Miclette, le capitaine de Véloom, se côtoyaient déjà dans un autre club étudiant avant de mettre sur pied ce projet.

C’est lors d’un voyage aux Pays-Bas, dans le cadre d’une compétition, que l’idée a commencé à mijoter dans la tête des deux étudiants.

D’ailleurs, dans ce pays, ce type de vélo est très populaire selon Richard Bergeron. C’est donc ce qui a mené les deux voyageurs à expérimenter un véhicule à propulsion humaine.

«On a essayé les véhicules parce qu’ils en vendent sur le marché là-bas. On s’est tout de suite dit qu’il fallait qu’on parte un club», soulève-t-il.

Depuis son enfance, Richard Bergeron a toujours pris goût au sport et à la mécanique.

«Je fais beaucoup de vélo. J’ai toujours été quelqu’un qui aimait assembler et démonter des systèmes mécaniques», se remémore-t-il.

De son côté, Olivier Miclette terminait son baccalauréat en génie mécanique. Lorsqu’il s’est inscrit à la maîtrise, les deux capitaines ont commencé à recruter des étudiants qui étaient emballés par le projet et à préparer les différents processus en vue des compétitions.

Au cours des prochains mois, le regroupement étudiant souhaite terminer la conception du nouveau prototype qui sera présenté lors des compétitions de 2022. La fabrication du véhicule à propulsion humaine devrait s’amorcer dans les prochaines semaines.

Définition

Un véhicule à propulsion humaine est un mode de transport qui se déplace grâce à la force musculaire humaine. Les prototypes peuvent être terrestres, aériens, nautiques ou subaquatiques.

Articles similaires