Sports
16:42 20 novembre 2020 | mise à jour le: 20 novembre 2020 à 17:00 temps de lecture: 4 minutes

Un parcours de l’Île-Perrot à Syracuse pour Daniel Walcott

Un parcours de l’Île-Perrot à Syracuse pour Daniel Walcott
Photo: GracieusetéSyracuse Crunch Daniel Walcott (85) skating with the puck against the Utica Comets in American Hockey League (AHL) action in the Adirondack Bank Center at the Utica Memorial Auditorium in Utica, New York on Wednesday, March 11, 2020. Syracuse won 3-1.

Après cinq ans passés à Syracuse dans l’état de New York, Daniel Walcott n’oublie pas sa région natale. Il garde de bons souvenirs de son parcours qui l’a façonné en homme engagé, autant sur la glace qu’à l’extérieur.

Repêché en 5e ronde par les Rangers de New York en 2014, il évolue présentement avec le Crunch de Syracuse dans la ligue américaine de hockey (LAH), le club-école du Lightning de Tampa Bay.

Le Perrotois a grandi sur la rue de la Rivelaine. Il se souvient encore du temps où il pouvait lacer ses patins chez lui avant d’aller patiner au parc des Éperviers.

«Je mettais mes protège-lames et en quelques minutes j’y étais, se rappelle l’attaquant de 26 ans. J’ai passé beaucoup de temps là-bas.»

Il a fait son primaire à l’école de la Perdriolle et son secondaire au Collège Bourget. Sa présence dans l’équipe de football de l’école a été clé dans sa formation, selon lui.

«Ça m’a beaucoup aidé pour développer le style de jeu physique que j’ai maintenant, explique-t-il. Je donne beaucoup de crédit au fait d’avoir joué pour les Voltigeurs à Bourget.»

Miser sur son talent

Après le secondaire, il est accepté au Cégep de Saint-Laurent, mais n’arrive pas à se tailler une place dans l’équipe de l’école. Sa poussée de croissance étant tardive, il est l’un des plus petits joueurs à se présenter au camp d’entrainement.

Il décide alors de miser sur ses talents et d’aller étudier à Chicago, où se trouve son père. «Ça aurait été facile pour moi d’abandonner à ce moment-là, mais j’ai persévéré», affirme l’athlète.

Après une année à l’Université Linderwood au Missouri à jouer avec des hommes de plus de 20 ans, Walcott revient dans la Ligue de hockey junior majeure du Québec (LHJMQ) où il se retrouve avec des mineurs.

Son jeu physique et sa confiance lui permettent de se démarquer et de se faire repêcher. Le Lightning de Tampa Bay acquiert ses services moins d’un an plus tard pour un choix de 7e ronde. Depuis, l’attaquant de 26 ans évolue avec son club-école à Syracuse.

Engagement

Pour la troisième fois en cinq ans, il a remporté cette année le trophée de l’homme de l’année remis par l’équipe au joueur s’étant le plus impliqué auprès de la communauté.

Il refuse rarement les activités communautaires lorsque l’équipe lui offre la possibilité d’en faire. Il est entre autres mentor d’un enfant de Syracuse depuis deux ans.

«Je dis toujours et même parfois trop souvent oui, affirme Daniel Walcott. J’aime particulièrement m’impliquer auprès des jeunes parce que j’ai gardé un cœur d’enfant.»

Son objectif ultime demeure de jouer dans la Ligue nationale de hockey (LNH). Les récents succès de Tampa Bay le motivent.

«De voir l’équipe gagner la coupe Stanley l’an dernier, ça m’a vraiment donné une fierté et une motivation supplémentaire pour arriver à mon but», soutient l’attaquant.

En attendant, il s’entraîne tous les jours pour garder la forme et être fin prêt pour la reprise des activités de la LAH prévue le 5 février.

Inspiration

Très peu de joueurs de hockey de Vaudreuil-Soulanges réussissent à se tailler une place dans un club professionnel. La source d’inspiration de Daniel Walcott dans sa jeunesse était Yann Sauvé.

Originaire de Rigaud, il a joué huit matchs dans la LNH avec les Canucks de Vancouver. Il évolue présentement en France avec les Brûleurs de loups de Grenoble.

Articles similaires

11:52 6 juillet 2015 | mise à jour le: 6 juillet 2015 à 14:29 temps de lecture: 4 minutes
Jeunes en action