Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension

Santé mentale: «Il faut réorienter les fonds», selon Julien Kakpovi

Julien Kakpovi Mouvement Montréal
La lutte contre la pauvreté doit être la priorité pour combattre les problèmes de santé mentale, selon le candidat Julien Kakpovi, ici à droite. Photo: Gracieuseté/Mouvement Montréal

Le 10 octobre soulignait la journée de la santé mentale. À cette occasion, Métro donne la parole aux différents candidats à la mairie de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension (VSP) pour comprendre leur vision en matière de santé mentale. Le candidat pour Mouvement Montréal, Julien Kakpovi, souhaite avant tout lutter contre la pauvreté dans les quartiers moins nantis.

Le candidat à la mairie souhaite ainsi réorienter certains fonds et rééquilibrer le budget entre les quartiers plus aisés et ceux qui le sont moins. Ce faisant, M. Kakpovi désire pouvoir donner aux organismes communautaires plus de pouvoir pour agir dans des contextes difficiles.

Une bonne santé mentale doit également passer, selon lui, par un accès à des logements salubres et abordables, mais aussi avoir accès à de la nourriture abordable et si possible, à un emploi proche de chez soi.

Ces enjeux font réfléchir et ramènent à la santé mentale. Plus tu as à réfléchir à ces problèmes, plus tu es en proie à des problèmes de santé mentale.

Julien Kakpovi, candidat à la mairie de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension

Une des solutions pour subvenir à ces difficultés est de mettre en place un programme pour l’emploi, indique Julien Kakpovi.

Il faut donc donner la possibilité aux gens de se convertir et d’apprendre les métiers d’aujourd’hui, de soutenir les familles, souligne-t-il.

L’idée serait notamment de développer l’apprentissage des nouvelles technologies chez les jeunes, dans le domaine du solaire par exemple. Et de rendre cela accessible dans les différents arrondissements.

Il prend en exemple les Carrefours Jeunesse Emploi qui sont justement un levier pour aider les personnes à trouver un emploi.

Une mobilité active et une meilleure connexion de la ville

Julien Kakpovi souligne qu’il faut également privilégier l’emploi de proximité en permettant à la population de se déplacer facilement, en vélo par exemple. Et si l’emploi se trouve loin, il faut permettre aux Montréalais de s’y rendre facilement en optimisant les transports en commun.

Un programme d’aide pour l’acquisition d’un vélo pour se déplacer, serait un plus, selon le candidat. Et faire du vélo est une bonne façon de faire de l’exercice, souligne-t-il. Il ajoute que le sport permet un meilleur équilibre mental.

Le candidat souligne qu’une administration Mouvement Montréal travaillerait sur un plan de mobilité active sur l’ensemble du territoire. Celui-ci serait «dessiné selon les besoins des arrondissements».

Réformer certains services

Julien Kakpovi considère aussi que certains services mériteraient d’être réformés. Par exemple, les services psychosociaux d’urgence, qu’il juge trop lents. Il faut que les personnes en détresse aient accès à des psychologues directement, selon lui. Il ne faut pas qu’elles soient «redirigées à plusieurs reprises avant que ce ne soit le cas», ajoute-t-il.

Le candidat de Mouvement Montréal considère aussi que la santé relève aussi et surtout du fédéral et du provincial. Julien Kakpovi consent qu’il y a du financement dans ce secteur et qu’il doit continuer ainsi.

Vos nouvelles 100% locales, recevez-les chaque jour.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet