Monde

Le groupe armé État islamique perd son dernier bastion en Syrie

Le groupe armé État islamique perd son dernier bastion en Syrie
Photo: The Associated PressThis image made from militant video posted online on Tuesday, April. 18, 2017 by the Aamaq News Agency, a media arm of the Islamic State group, purports to shows destroyed houses following a U.S.-led coalition strike in the eastern Syrian town of Boukamal, on the Iraqi border. Activists say an airstrike on a village in northwestern Syria has killed 10 people —a woman and nine children. (Aamaq News Agency via AP)

BEYROUTH — Les forces progouvernementales ont chassé le groupe armé État islamique (EI) de son dernier bastion en Syrie, ont rapporté l’agence de presse officielle du pays et un groupe de surveillance, ne laissant aux militants que quelques bandes de territoire désertes et une petite enclave assiégée à l’extérieur de Damas.

Durant la bataille pour Boukamal, une ville située près de la frontière de l’Irak, les combattants de EI ont eu recours à leurs tactiques habituelles, feignant à un certain moment d’abandonner la cité pour mieux l’attaquer 10 jours plus tard et tenter d’y piéger leurs adversaires.

Mais les militants n’ont pas fait le poids contre la coalition formée par les troupes syriennes, libanaises, irakiennes et iraniennes, et dirigée par Téhéran.

Conserver Boukamal sera un objectif stratégique important pour le gouvernement syrien et son commanditaire, l’Iran.

La défaite de EI à Boukamal a aussi été rapportée par l’Observatoire syrien pour les droits de l’homme, un groupe de surveillance établi au Royaume-Uni.

Le groupe armé a subi plusieurs revers dans le cadre d’offensives séparées menées simultanément en Syrie et en Irak par les forces syriennes et leurs alliés, qui bénéficient de l’appui de la Russie, ainsi que par les combattants irakiens et syriens, qui sont soutenus par les États-Unis.

En dépit de ces reculs sur le terrain, EI demeure actif sur les réseaux sociaux et risque de poursuivre son insurrection depuis les zones désertes toujours sous son contrôle.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *