Monde

Une alliance anti-Brexit créée par différents partis pour les législatives

Une alliance anti-Brexit créée par différents partis pour les législatives
Photo: Peter Summers/Getty ImagesLa Chambre des communes a rejeté le texte du gouvernement convoquant des élections le 12 décembre.

Trois petites formations britanniques, le Parti libéral-démocrate, les écologistes Verts et le parti nationaliste gallois ont formé jeudi une coalition anti-Brexit, en vue des législatives du 12 décembre.

Les libéraux démocrates, anti-Brexit, se sont mis d’accord avec le Parti des Verts et le Plaid Cymru, la formation nationaliste galloise, pour ne présenter qu’un seul candidat commun dans 60 circonscriptions, avec 43 candidats pour les Lib-Dem, 10 pour les écologistes et 7 pour le Plaid Cymru, 3 autres circonscriptions restant à déterminer.

«Cette alliance va aider à élire plus de députés en faveur du maintien dans l’Union européenne», a estimé la dirigeante libérale-démocrate Jo Swinson, qui prétend ainsi mettre «l’intérêt national au dessus» de celui de son propre parti.

Un avis partagé par le chef des nationalistes gallois Adam Price, pour qui il est nécessaire «en ces temps difficiles d’avoir une politique adulte qui place notre pays avant la concurrence entre partis».

«Le Brexit demandé par les députés conservateurs serait un désastre pour les citoyens d’un bout à l’autre de l’Angleterre et du Pays de Galle, ainsi que pour la lutte contre le changement climatique», a quant à lui commenté Sian Berry, co-dirigeant des Verts.

Jo Swinson s’est engagée à arrêter le Brexit si elle accède au pouvoir, contrairement à son opposant conservateur Boris Johnson, qui désire «réaliser le Brexit» aussi rapidement que possible, ou au travailliste Jeremy Corbyn, qui lui veut renégocier avec Bruxelles un nouvel accord de sortie de l’UE qui serait ensuite soumis à un référendum, offrant aussi l’option de rester dans l’UE.

Corbyn est, lui, déjà en difficulté dans cette campagne. Après la démission de son numéro deux mercredi, deux anciens élus Labour appellent à voter conservateur, exposant ses faiblesses sur le Brexit et sur l’antisémitisme.

L’alliance nouvellement conclue pourrait ravir les voix de conservateurs europhiles modérés et de travaillistes déçus des atermoiements de leur leader, qui a obstinément refusé de donner sa position sur la question.