Monde

Cyclone Bulbul: deux millions d’évacués au Bangladesh

Cyclone Bulbul: deux millions d’évacués au Bangladesh
Photo: Dibyangshu SARKAR / AFPDes citoyens se promènent alors que Cyclone Bulbul approche.

Le cyclone Bulbul a atteint samedi l’Inde et le sud du Bangladesh, faisant deux premières victimes et provoquant l’évacuation de plus de deux millions de personnes, essentiellement au Bangladesh.

Le cyclone, accompagné de vents pouvant atteindre 120 km/h, a «baissé d’intensité» et a «commencé à traverser» le Bengale-occidental, en Inde, et la côte de Khulna, au Bangladesh, aux environs de 15H00 GMT, ont indiqué dans un bulletin spécial les services météorologiques à Dacca.

«Il devrait prendre la direction du nord-est» et «diminuer graduellement d’intensité», a-t-on indiqué de même source.

«2.028 millions» de personnes ont été évacuées et installées dans plus de 5 500 abris spéciaux, a indiqué à l’AFP le secrétaire bangladais pour les situations de crise, Shah Kamal.

Il n’y a pas de victimes signalées pour l’instant, a-t-il ajouté, réfutant les informations de presse locales selon lesquelles des dizaines de pêcheurs étaient portés disparus sur les côtes méridionales du pays.

Côté indien, plus de soixante mille personnes ont été évacuées.

Les aéroports et les ports ont été fermés.

Une personne a été tuée par la chute d’un arbre déraciné, à Calcutta, et un autre par la chute d’un mur dans l’État indien d’Odisha, ont indiqué les autorités.

Les premières victimes ont été enregistrées avant que le cyclone ne gagne toute sa puissance.

Des militaires bangladais ont été dépêchés dans des villages et quelque 55 000 volontaires ont fait du porte à porte, appelant les habitants par haut-parleurs à s’enfuir, certains villages étant en dessous du niveau de la mer.

1500 touristes environ sont restés bloqués sur l’île de Saint Martin, dans la baie du Bengale, les services maritimes ayant été interrompus par les intempéries.

L’état d’alerte maximale a été décrété pour les deux principaux ports bangladais, Mongla et Chittagong.

Les vols vers Chittagong ont été interrompus. En Inde, les vols depuis et en direction de Calcutta ont été suspendus pour douze heures en raison du cyclone.

Selon les services météorologiques bangladais, le cyclone doit s’accompagner de vagues de deux mètres de haut.

Bulbul était attendu sur les Sundarbans, une région faite d’innombrables bras et canaux du delta du Gange et qui abrite la plus grande forêt de mangrove du monde.

Partagée entre le Bangladesh et l’Inde, cette région est aussi l’habitat du tigre du Bengale, une espèce menacée.

Le Bangladesh est un pays plat situé pour l’essentiel à moins de 12 mètres au-dessus du niveau de la mer, et pour 10% de son territoire, en-dessous de ce niveau. Il est régulièrement touché par des cyclones qui ont fait sur les dernières décennies des centaines de milliers de morts, et dont la fréquence et l’intensité a augmenté ces dernières années.

Les autorités ont toutefois nettement amélioré leur capacité d’anticipation ces dernières années, et en février Fani, le plus gros cyclone à avoir frappé le pays depuis cinq ans, a tué une dizaine de personnes.

Par comparaison, en 2007, le cyclone Sidr avait fait plus de 3000 morts.