Monde
16:45 11 janvier 2020 | mise à jour le: 11 janvier 2020 à 16:45

Avion abattu par l’Iran: les principales réactions à travers le monde

Avion abattu par l’Iran: les principales réactions à travers le monde
Photo: Dave Chan/Getty ImagesDes Canadiens tiennent une vigile à Ottawa en mémoire des victimes du vol.

Voici les principales réactions internationales après l’aveu par l’Iran qu’une tragique «erreur» était à l’origine de l’écrasement de l’avion ukrainien qui a fait 176 morts, dont de nombreux Irano-Canadiens ainsi que des Afghans, des Britanniques, des Suédois et des Ukrainiens.

Canada

«Notre priorité demeure de faire la lumière dans ce dossier dans un esprit de transparence et de justice», a affirmé le premier ministre Justin Trudeau dans un communiqué.

«Il s’agit d’une tragédie nationale et tous les Canadiens sont dans le deuil. Nous continuerons de travailler avec nos partenaires à travers le monde pour veiller à ce qu’une enquête complète et approfondie soit menée», a-t-il assuré, ajoutant: «le gouvernement du Canada s’attend à la pleine collaboration des autorités iraniennes».

Ukraine

«Nous attendons de l’Iran […] que les coupables soient traduits en justice», «le paiement de compensations» et «le retour des corps des victimes», a écrit le président Volodymyr Zelensky sur Facebook.

«Nous espérons que l’enquête sera poursuivie sans retards délibérés et sans entraves. Nos 45 spécialistes doivent obtenir l’accès total» à l’ensemble des éléments de l’enquête, a-t-il ajouté.

Royaume-Uni

Le premier ministre britannique Boris Johnson a qualifié de «premier pas important» l’aveu de Téhéran.

«Nous avons maintenant besoin d’une enquête internationale complète, transparente et indépendante et le rapatriement de ceux qui sont morts», a ajouté le dirigeant conservateur, précisant que le Royaume-Uni allait collaborer avec ses partenaires internationaux à cette fin.

Afghanistan

L’Afghanistan appelle également à une «enquête exhaustive et transparente sur les causes de l’écrasement afin que les familles et leurs proches reçoivent les réponses qu’ils attendent», a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Idress Zaman.

«Notre coeur va vers les familles et amis des âmes innocentes qui ont péri», a écrit le porte-parole du président Sediq Sediqqi, rappelant que «13 Afghans figurent parmi les victimes».

France

«Il est important de se saisir de ce moment pour redonner de l’espace à des discussions et des négociations» sur le dossier du nucléaire iranien, a estimé la ministre française des Armées, Florence Parly.

«Les leçons que nous devons tirer de cette séquence dramatique que nous avons vécue depuis maintenant plusieurs jours, depuis la fin de l’année 2019, c’est qu’il faut mettre un terme à cette escalade», a-t-elle poursuivi.

Allemagne

La chancelière allemande Angela Merkel a salué les aveux iraniens et appelé à une enquête exhaustive.

«C’est bien que les responsables soient désormais connus et je crois que tout doit être fait, en commun avec les nations dont les citoyens [sont morts],  pour trouver des solutions, élucider [les choses] de manière exhaustive et discuter des conséquences. Aujourd’hui un pas important a été fait», a-t-elle dit depuis Moscou.

Suède

Le premier ministre suédois Stefan Löfven a parlé d’un «acte […] qui doit être condamné et dont l’Iran doit assumer l’entière responsabilité, y compris à l’égard des personnes touchées».

«L’Iran a déclaré que l’avion avait été abattu par erreur. Cette déclaration constitue la base d’une enquête complète et transparente, qui doit faire la lumière sur toutes les circonstances entourant l’accident», a-t-il réclamé dans un communiqué.

«Nous exigeons que l’Iran coopère sans restriction à la poursuite de l’enquête, et que les pays touchés aient la possibilité de participer en utilisant leurs compétences nationales et soient pleinement informés de l’enquête», a-t-il ajouté.

Articles similaires