Monde
12:30 16 mai 2020 | mise à jour le: 17 mai 2020 à 06:05 temps de lecture: 3 minutes

L’UE doit maintenir une «discipline collective» face au «rival» chinois

L’UE doit maintenir une «discipline collective» face au «rival» chinois
Photo: Kevin Frayer/Getty ImagesLes «changements» dans la relation entre l’UE et la Chine «se sont accélérés depuis l'apparition du coronavirus», note-t-il.

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a exhorté les Européens à «maintenir la discipline collective nécessaire» à l’égard de la Chine, qu’il a qualifiée de «rival systémique dans la promotion d’autres modèles de gouvernance».

«La relation que l’UE entretient avec la Chine est si multiforme que notre approche ne saurait se réduire à un seul prisme», relève l’Espagnol dans cette tribune publiée vendredi dans le journal français Le Monde.

La Chine est «un partenaire avec lequel l’UE partage des objectifs étroitement intégrés», un «partenaire de négociation avec lequel l’UE doit trouver un juste équilibre», un «concurrent économique dans la course à la domination technologique» et «un rival systémique dans la promotion d’autres modèles de gouvernance», estime Josep Borrell.

«Mettre en place une approche commune de l’UE à l’égard de superpuissances n’est jamais tâche aisée (…) Et le cas de la Chine ne fait pas exception. Qui plus est, la Chine n’hésite pas à jouer parfois de ces différences. Mais il est certain qu’il nous appartient, à nous Européens, de maintenir la discipline collective nécessaire», ajoute M. Borrell.

«L’UE comme la Chine déclarent souvent être déterminées à promouvoir le multilatéralisme et le système des Nations unies (…) Nous devons toutefois également admettre que nos approches à l’égard du multilatéralisme diffèrent, par exemple en ce qui concerne l’universalité et l’indivisibilité des droits de l’homme, la Convention des Nations unies sur le droit de la mer ou les tensions en mer de Chine méridionale», relève le chef de la diplomatie européenne.

Il note également des divergences d’approche dans le domaine cyber, où la «position de la Chine, centrée sur l’État, contraste avec l’approche multipartite de l’UE, fondée sur le respect des libertés et droits fondamentaux».

Les «changements» dans la relation entre l’UE et la Chine «se sont accélérés depuis l’apparition du coronavirus», note-t-il. «Au début, lorsque les hôpitaux chinois ont été débordés, l’UE a fourni un soutien important, sans grande publicité. Plus tard, lorsque l’Europe est devenue l’épicentre de la pandémie, la Chine a envoyé quantité d’équipements médicaux, et elle a fait en sorte que le monde en soit informé», poursuit-il.

«L’essentiel est que nous fassions tous preuve de soutien mutuel et de solidarité internationale (…) tout en évitant de politiser l’assistance médicale d’urgence», estime-t-il.

La publication de cette tribune intervient après que Josep Borrell eut reconnu jeudi que la délégation de l’UE en Chine avait donné son accord pour laisser publier dans les médias chinois une tribune des ambassadeurs européens dans sa version censurée par Pékin.

L’article censuré avait été rédigé pour le 45e anniversaire des relations diplomatiques entre l’UE et Pékin. Il est paru dans le China Daily en langue anglaise amputé d’une phrase faisant référence à l’apparition du nouveau coronavirus en Chine d’où il s’est propagé au reste du monde.

Le retrait de cette référence a été effectué à la demande du ministère chinois des affaires étrangères, a précisé M. Borrell.

Articles similaires