Monde

Mexique: Enrique Peña Nieto promet de punir les coupables

Mexique: Enrique Peña Nieto promet de punir les coupables
Photo: Getty ImagesLONDON, ENGLAND - MARCH 03: Mexico's President Enrique Pena Nieto delivers an address to members of the British All-Party Parliamentary Group at the Houses of Parliament on March 3, 2015 in London, England. The President of Mexico, accompanied by Senora Angelica Rivera de Pena, are on a State Visit to the United Kingdom as the guests of Her Majesty The Queen from Tuesday 3rd March to Thursday 5th March. (Photo by Toby Melville - WPA Pool /Getty Images)

Métro a rencontré le président mexicain Enrique Peña Nieto pour discuter des grands dossiers qui font l’actualité du pays en ce moment: la question de la légalisation de la marijuana; la disparition, en septembre 2014, de 43 étudiants à Iguala; et la position de leader du Mexique en Amérique latine et ailleurs dans le monde.

La Cour suprême du Mexique vient de statuer que l’interdiction de la marijuana est inconstitutionnelle. Quelle est votre position sur cette question?

Personnellement, je ne suis pas en faveur de la légalisation de la marijuana, à tout le moins pas à des fins récréatives. Cela dit, je reste convaincu qu’il faut lancer un débat national sur cette question. Je suis ouvert à un tel dialogue et, si c’est nécessaire, je suis prêt à revoir la législation sur les drogues, en protégeant les droits de tous les citoyens.

Nous allons donc faire appel à des experts de diverses disciplines pour enrichir notre analyse et nous faire des propositions; une plateforme en ligne sera mise à la disposition de tous les citoyens pour qu’ils puissent prendre part au débat; et nos ambassades et nos consulats étudieront les positions adoptées ailleurs dans le monde en matière de légalisation des drogues douces.

La disparition de 43 étudiants, en septembre 2014, de la ville d’Iguala où ils étaient allés manifester a soulevé l’indignation du monde entier. Les responsables de ce crime seront-ils traduits en justice? À quel point le gouvernement est-il décidé à agir dans ce dossier?

Nous sommes déterminés à agir. C’est pourquoi nous avons invité le Groupe interdisciplinaire d’experts indépendants (GIEI), mandaté par la Commission interaméricaine des droits de l’Homme, à venir au Mexique nous apporter son soutien. Nous travaillons tous ensemble parce que nous poursuivons le même but : déterminer avec certitude ce qui s’est passé et nous assurer que les responsables du drame seront punis, dans le respect de la loi.

Jusqu’à présent, dans le cadre de l’enquête, nous avons répertorié un grand nombre de personnes possiblement impliquées dans les disparitions. Nous en avons arrêté plus de 100, et chacune d’entre elles devra répondre à des accusations.

Nous irons au bout de cette affaire: nous ne nous arrêterons pas tant que toutes les personnes qui y ont pris part, directement ou indirectement, n’auront pas répondu de leurs actes. Les coupables peuvent s’attendre à des sanctions à la hauteur de leur crime. Je m’y engage personnellement.

Le Mexique est en train de devenir une plaque tournante pour les entreprises de l’Amérique latine. Croyez-vous que le pays va devenir un leader économique pour la région?

Aujourd’hui, le Mexique est le moteur de la croissance économique de l’Amérique latine, ça ne fait pas de doute. De toutes les grandes économies de la région, la nôtre est la seule qui connaît une croissance en ce moment. Nous sommes le plus grand exportateur de pièces et de moteurs d’automobiles, de technologies de l’information, d’appareils médicaux et électroniques, pour ne donner que quelques exemples.

Cela vous montre un peu à quel point le pays occupe désormais une place centrale dans le commerce international, comment il attire les investisseurs et comment il est devenu un exportateur important non seulement en Amérique latine, mais dans le monde entier.

D’ici la fin de son mandat
Le Mexique a mis en place un programme national d’infra-structures afin d’attirer les investisseurs et de moderniser le pays. D’ici la fin de son mandat, M. Peña Nieto promet de:
• Construire ou moderniser 52 autoroutes et 80 routes secondaires.
• Augmenter la vitesse et la capacité du transport ferroviaire, afin de faciliter le commerce de biens.
• Améliorer le transport pour la population, notamment grâce à des projets tels que le train interurbain Mexico-Toluca, la ligne 3 du métro de Guadalajara et la ligne 3 du métro de Monterrey.
• Moderniser 20 aéroports grâce à des partenariats public-privé, et entreprendre le processus de construction du nouvel aéroport international de Mexico.
• Doubler la capacité des ports pour qu’ils puissent accueillir 500 millions de tonnes de marchandises annuellement (leur capacité actuelle étant de 260 millions de tonnes).