Carla Beauvais

Le colorisme à l’ère de Beyoncé

Le colorisme à l’ère de Beyoncé

Le terme «colorisme» désigne un ensemble de préjugés ou de discriminations fondés sur le fait qu’une peau soit plus ou moins foncée. On observe généralement ce phénomène au sein d’un même groupe ethnique. Dans les communautés noires, les impacts du colorisme se font encore sentir. C’est un héritage colonial qui persiste malheureusement encore. Une des conséquences du colorisme est la négation de soi, qui se manifeste souvent par un manque de confiance, un sentiment d’infériorité qui peut laisser des marques sur le plan psychologique.

Il y a quelques semaines, en marge de la sortie du Roi lion, Beyoncé a lancé l’album The Gift sur lequel figure le titre Brown Skin Girl coréalisé avec Saint JHN et Wizkid. Les paroles de la chanson encouragent les jeunes filles à aimer leur mélanine, en particulier dans une culture qui fait souvent de la peau claire la norme en matière de beauté. «Brown skin girl / Your skin just like pearls / The best thing in the world / Never trade you for anybody else.»

L’audio officiel sur YouTube a récolté plus de 13 millions de vues.  La chanson a eu un impact énorme sur les médias sociaux et a inspiré le #BrownSkinGirlChallenge, où des filles à la peau noire, du monde entier, se sont mises à publier des selfies et des photos d’elles-mêmes, affirmant que leur peau est «la plus belle chose du monde». Cette chanson est devenue en peu de temps une sorte d’ode à l’acception et à l’amour de soi. Ce qui est choquant dans le succès de cette chanson, c’est que ce soit encore pertinent d’en parler en 2019.

Ce qui est choquant dans le succès de cette chanson, c’est que ce soit encore pertinent d’en parler en 2019.

Brown Skin Girl traite d’un sujet que la société hésite encore à aborder en raison de sa complexité. Le colorisme est un problème profondément enraciné dans les communautés noires (mais aussi dans d’autres cultures) qui remonte à l’esclavage. Quatre cents ans plus tard, il est encore difficile d’en débattre. Pour preuve: il n’y a pas eu que des réactions positives à la chanson. On a vu apparaître sur les médias sociaux le mot-clic #WhiteSkinGirlChallenge et une chanteuse a repris la chanson en la rebaptisant Light Skin Girl. Comme si le fait de célébrer un type de beauté trop souvent marginalisé était l’équivalent d’en dénigrer d’autres.

Une chose est certaine, Brown Skin Girl a réussi à susciter la conversation de manière universelle sur le colorisme et ses impacts sur les jeunes filles.  Il est impossible de passer sous silence ou de minimiser l’impact positif que ces paroles ont eu sur des millions de femmes et de filles quand on observe les réactions sur la Toile. On le sait, la représentation compte! Il est important pour les jeunes filles et les femmes non seulement de voir des personnes qui leur ressemblent réussir, mais aussi de se sentir valorisées et de croire en leur potentiel et en leur valeur.

En tant que femme ayant subi les effets du colorisme, je comprends à quel point cette chanson peut changer positivement la trajectoire identitaire de tant de jeunes filles. Étant mère d’une magnifique «Brown Skin Girl», je retiens cet extrait de la chanson et je me ferai un devoir de toujours le lui rappeler: «Your skin is not only dark, it shines and it tells your story. If ever you are in doubt… REMEMBER WHAT MAMA TOLD YOU.»

Articles similaires