In Libro Veritas

Le démantèlement du monde

Le démantèlement du monde
Photo: The Associated PressPresident-elect Jair Bolsonaro waves at a ceremony to celebrate the 30th anniversary of Brazil’s constitution at the National Congress, in Brasilia, Brazil, Tuesday, Nov. 6, 2018. Bolsonaro is insisting on his respect for the country's constitution, implicitly responding to fears his administration might roll back civil rights. (AP Photo/Eraldo Peres)

Même si la tendance semblait irréversible et son résultat conséquemment prévisible, reste que l’élection de Bolsonaro au Brésil m’a donné un sacré coup. Un deux par quatre en plein front. Pour la première fois de ma vie, le fascisme cogne à la porte. À glacer les sangs.

J’exagère? Ah. Pourtant, le nouveau président a été, tout au long de la campagne, explicite: les policiers qui tuent devraient être louangés, pas emprisonnés. Les militants des partis d’opposition? Fusillés. Les Autochtones, les Noirs et les autres minorités visibles? Doivent prendre leur trou, sous peine de représailles. Les gais et lesbiennes? Pire encore. Les travailleurs? Doivent renoncer à leurs droits ou perdre leur job. Charmant.

N’est-ce pas là la définition, au moins partielle, du fascisme? Règle de la majorité à tout crin. Lutte contre les droits. Liberté d’expression aux vidanges. Dictature policière. Pulvérisation des différences et des dissidences.

Or, il se trouve qu’un nombre appréciable de mes amis et connaissances, sur Facebook et autres, s’évertuent à minimiser la chose. Ben voyons, le fascisme, Bérard, tu capotes. Juste un petit retour de balancier. Les gens sont tannés de la gauche et de la corruption. Faut que ça change. Un petit coup de barre à droite, et tout rentrera dans l’ordre. Vraiment?

Il faudrait, pourtant, ne jamais sous-estimer l’arrivée, surtout subreptice, du fascisme. Je vous ai parlé récemment, à cet égard, d’Umberto Eco. Voici maintenant Françoise Giroud, confirmant le sérieux de l’affaire: «Ainsi commence le fascisme. Il ne dit jamais son nom, il rampe, il flotte; quand il montre le bout de son nez, on dit: C’est lui? Vous croyez? Il ne faut rien exagérer! Et puis, un jour, on le prend dans la gueule et il est trop tard pour l’expulser.»

Précisément ça. Et ici, ce qui choque probablement davantage est que les Brésiliens semblent avoir renoncé à la démocratie par la… démocratie. Il aurait été probablement préférable, façon de parler, que Bolsonaro prenne le pouvoir par les armes. Cela aurait été moins triste, il me semble, que la conclusion actuelle: l’électorat a choisi, en toute connaissance de cause, de faire confiance à un facho.

Autre chose. Vous pensez vraiment qu’il ne sera pas trop tard pour, un jour, ramener le truc au centre? Revaloriser la démocratie? Vous en connaissez beaucoup, vous, des régimes autoritaires qui laissent aller le pouvoir dans l’amour et l’allégresse?

Et comment en est-on arrivés là? Plusieurs blâment, à juste titre peut-être, une gauche dite déconnectée. Je veux bien concevoir que l’absence de dialogue entre cette même gauche et le reste de la population a contribué, et sérieusement, à l’affaiblissement du ciment social. Mais est-ce à dire que la gauche elle-même se doit de renoncer à ses idéaux? D’aucuns seraient prêts à le soutenir, apparemment. Prêts à transiger sur des libertés civiles – allô Bouchard-Taylor – à des fins de paix sociale (appelons ça de l’ironie). Prêts à atténuer le discours pro-respect des minorités afin de calmer le jeu. Prêts à envisager que les mouvances fascisantes actuelles constituent une réaction normale. Eh bien, vous savez quoi? Pas moi. Screw that.

Reste néanmoins toujours à trouver, dixit Camus, la meilleure façon d’empêcher que le monde ne se défasse. Tolérer les propensions fascistes ne faisant pas, toutefois, partie des options.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires