La Milléniale
11:15 10 septembre 2018 | mise à jour le: 10 septembre 2018 à 11:15 temps de lecture: 3 minutes

Ces femmes qui n’aimaient pas les femmes

Ces femmes qui n’aimaient pas les femmes
Photo: Getty Images/iStockphotoYoung woman covering her face with palm saying no. Girl denying proposal, making stop gesture with her hand. Studio shot, copy space

J’aime les femmes. J’aime me retourner pour voir le chemin qu’elles ont parcouru au fil des années et je suis optimiste quant à la route qu’il nous reste maintenant à faire vers l’atteinte du respect et des conditions que nous méritons. Mais j’aime les femmes aussi tout simplement parce que j’en suis une et que je suis fière de la personne que je suis. Être une femme, oui, ça veut généralement dire avoir un utérus, mais ce n’est pas la seule chose qui nous définit et il y a autant de façons d’être femme que de femmes.

J’ai donc beaucoup de difficulté à comprendre ces femmes qui n’aiment pas les femmes. Je parle de celles qui clament haut et fort qu’elles n’aiment pas la compagnie d’autres femmes, fièrement, comme si ça augmentait leur valeur. Le discours est souvent le suivant: «Les filles… Argh! C’est trop compliqué! Moi je suis pas comme les autres filles, j’aime mieux me tenir avec des gars, je m’entends mieux avec eux.» J’entends de plus en plus de femmes se vanter, pratiquement, d’être one of the boys. Comme si le fait d’avoir des affinités avec d’autres femmes ou de posséder des traits de caractère traditionnellement féminins les rendait moins crédibles, moins compétentes ou tout simplement moins intéressantes. J’ai pourtant rarement entendu un homme se vanter d’être «comme une fille» et tenir le même genre de discours en parlant d’autres hommes. Pourquoi?

Être une femme, ça ne signifie pas automatiquement être une commère drama queen jalouse qui pogne les nerfs pour rien. Et être un homme n’est pas garant du contraire non plus. Il me semble qu’on a fait assez de chemin pour comprendre ça en 2018, et c’est la raison pour laquelle j’ai de la difficulté avec le fait qu’on puisse affirmer qu’on préfère un sexe à l’autre. Car je comprends que notre sexe puisse teinter notre personnalité jusqu’à un certain point, mais il ne nous définit pas entièrement.

Si tu es une femme et que tu n’as aucun intérêt pour les comédies romantiques, pour la mode ou pour le potinage, tu n’es pas moins femme. En fait, tu n’es pas la seule, il y en a d’autres qui te ressemblent et – news flash – ce sont aussi des femmes! Alors vous n’avez pas besoin de tourner le dos aux autres femmes pour être vous-même, vous pouvez être fières d’être celles que vous êtes. Vous n’êtes pas des gars manqués parce que vous n’avez pas toutes les caractéristiques qu’on a généralement associées aux filles, et je suis convaincue qu’il est faux que vous êtes incapables d’apprécier la compagnie d’autres filles. Donnez-vous la chance d’être fières d’être femmes à votre façon. C’est drôlement cool, pour vrai.

Articles similaires