Le Sportnographe
23:19 23 août 2012 | mise à jour le: 9 février 2015 à 13:46 temps de lecture: 2 minutes

Trois façons de survivre à un lock-out

Les amateurs de Canadien de toute la planète commencent à capoter ben raide à l’orée d’un possible lock-out dans la LNH. C’est qu’on nous a promis plein d’affaires extraordinaires pour la prochaine saison, affaires qui risque de ne pas arriver. Même Hockey News fait dans l’optimisme en prédisant une 13e place dans l’Est à la Flanalette. Mais comment s’élever au sommet du 13e rang si la saison n’existe pas? Surtout, comme survivre à un automne sans hockey? Voici quelques suggestions qui pourraient vous aider.

Trois solutions

1. On sait maintenant que Patrick Roy participera à l’Antichambre de RDS. Or qui est aussi panéliste à cette émission? Oui, Mario Tremblay, son ennemi juré. On ne sait pas de quoi ils vont parler avec pas de hockey, mais regarder Roy et Tremblay rejouer la pièce du départ de Casseau en direct à la télé devrait divertir encore plus qu’Occupation Double.

2. Initier un pool sur l’avenir de Georges Laraque. Après le Parti Vert, les boissons énergisantes végétaliennes et maintenant, le syndicalisme sportif, il est assez certain que Laraque se trouvera bientôt un nouveau hobby. Pas mal moins risqué que de prendre Sidney Crosby dans son pool, lui qui peut se casser le cerveau au détour d’une baie vitrée à tout moment. Nos prédictions à nous? Candidat à la chefferie du PLQ, vendeur d’aspirateurs ou raëlien.

[pullquote]

3. Suivre les démêlées d’Andreï Markov avec la justice. Bon, on a pas lu l’histoire, mais comme les journaux ont titré «Markov devant les tribunaux», on peut présumer qu’il est dans la chnoute. Un joueur de Canadien qui a le genou en compote et qui se prosterne devant un juge, ça devrait être assez divertissant. Sans doute plus que la Commission Charbonneau.

Mieux que rien
Bien sûr, il y a d’autres façons plus efficaces de survivre à un lock-out. Mais au Sportnographe, nous sommes des gens responsables et nous ne pouvons vous encourager à vous abonner aux drogues dures. Les trois pistes que nous suggérons sont suffisamment hallucinantes pour vous faire oublier Carey Price au moins quelques semaines. Ne nous remerciez pas.