Opinions
08:56 11 février 2021 | mise à jour le: 11 février 2021 à 08:59 temps de lecture: 4 minutes

Cette judiciarisation de la pandémie qui met davantage de vies en danger

Cette judiciarisation de la pandémie qui met davantage de vies en danger

Le milieu de la réduction des méfaits est en crise. Ce n’est plus un secret pour personne, les mesures instaurées par le gouvernement pour réduire les impacts de la pandémie de COVID-19 laissent de côté les communautés déjà criminalisées, stigmatisées et vulnérabilisées.

Les personnes qui consomment des drogues en font partie. La crise des surdoses ravage le Canada depuis plusieurs années déjà et le Québec n’est pas épargné. Depuis le mois de mars, les organismes qui travaillent auprès de ces personnes déplorent le manque d’action de la part des autorités concernées pendant que des personnes qui nous sont chères meurent de surdoses. Réduction de la capacité d’accueil de certains et modifications à l’offre des services offerts pour d’autres, jumelées aux mesures répressives et au couvre-feu font un mélange explosif et dangereux.

Dans ces circonstances, les risques de surdoses sont élevés. D’un côté, on martèle qu’il faut éviter de consommer seul.e et de l’autre on nous rappelle à coup de ​tickets​ qu’il est interdit de se rassembler et de rendre visite à nos proches. Difficile de s’entourer de personnes prêtes à intervenir en cas de besoin lorsqu’on est passible de judiciarisation si on déroge à la loi pour mettre sa sécurité en priorité. L’augmentation de la présence policière est aussi un frein à l’accès à des services de réduction des méfaits, surtout après 20h. Se balader en ville, même avec une autorisation de déplacement, pour se rendre dans un organisme par exemple, est risqué pour quelqu’un qui a des substances proscrites. En effet, les personnes domiciliées qui consomment ne sont pas exemptées du couvre-feu. La peur instaurée par les mesures répressives mises en place peut coûter des vies et constitue un obstacle au travail des intervenant.e.s communautaires.Les intervenant.e.s des services mobiles et les travailleur.euse.s de rue qui sillonnent les rues de Montréal avaient l’habitude de rencontrer les personnes avec qui ils ont des liens dans des endroits achalandés, ou les gens se réunissaient. Ces endroits sont désormais déserts, les personnes sont dispersées et isolées puisque les rassemblements extérieurs sont aussi interdits. Elles sont aussi plus exposées au regard des passants lorsqu’elles interagissent avec les intervenant.e.s. Ces services deviennent utilitaires, froids et sans intimité pour ceux qui les fréquentent encore.

La détresse psychologique, vécue par une grande partie de la population, est également exacerbée chez les personnes qui consomment des drogues. Les rechutes sont plus fréquentes et les gens consomment davantage. Le marché de la drogue est aussi influencé par les politiques actuelles, la fermeture des frontières et la présence policière accrue. Plusieurs personnes utilisatrices de drogues ne trouvent plus leur substance de choix ou doivent faire avec ce qui est disponible aux heures où elles sont disponibles, amenant des changements dans les habitudes de consommation de plusieurs. Les intervenant.e.s remarquent d’ailleurs que, dans certains quartiers, la distribution de seringues a augmenté depuis le début de la pandémie, tout comme le nombre de surdoses… Différentes substances, différents modes de consommation, drogues de qualité variable, isolement et détresse psychologique augmentent encore le risque de faire une surdose potentiellement mortelle.

C’est ce qui arrive quand on privilégie une approche basée sur la répression plutôt que sur le droit des personnes.

Émilie Roberge, Chargée de concertation communautaire sur les surdoses pour la Table des Organismes Montréalais de lutte contre le Sida

 

Articles similaires