Opinions
13:12 1 mars 2021 | mise à jour le: 1 mars 2021 à 13:14 temps de lecture: 3 minutes

Ce marketing qui nous leurre avec les tendances de l’heure !

Ce marketing qui nous leurre avec les tendances de l’heure !

Dès le début de la crise sanitaire, 34 % de la population québécoise se disaient davantage préoccupée par son poids. À la fin décembre 2020, 38 % rapportaient toujours une hausse de cette préoccupation. La pandémie a chamboulé nos habitudes de vie et notre santé mentale est mise à l’épreuve. L’industrie de la minceur fait preuve d’imagination et profite de cette vulnérabilité pour vendre ses produits, ses services ou des moyens amaigrissants qui sont soi-disant gages de bien-être et de succès. Pourtant, les études sont claires : les démarches de perte de poids aboutissent souvent en échecs répétitifs, diminuent l’estime de soi et nuisent à la santé physique et mentale.

Sur le web et les médias sociaux, les stratégies marketing et les influenceurs abondent. Coachs de vie, régimes, méthodes miracles, cure détox, produits minceurs et autres… Tous sont au rendez-vous pour nous vendre un mode de vie sain ou la dernière méthode qui nous permettra d’améliorer notre santé. Ces produits ou méthodes miracles sont souvent promus à coup de fausses promesses, et ce, à des fins lucratives.

Même l’industrie alimentaire prend part au mouvement. Récemment, un épicier s’est joint de la partie en lançant un nouvel étiquetage en magasin et en ligne pour orienter le choix des consommateurs. Le détaillant guide selon différentes tendances alimentaires et identifie les produits selon des attributs. Ce genre de stratégie marketing n’est pas unique. L’utilisation de logos qui sont apposés sur l’emballage par les industriels est fréquente pour exploiter la tendance grandissante qu’ont les consommateurs à rechercher des produits santé.

L’éventail d’attributs proposé suit les tendances marketing de l’heure en faisant la promotion de diètes : keto, paleo, naturel, végé, bio, local… Ce type de stratégie renforce l’idée que l’on doit adopter une diète ou un régime particulier. Lorsqu’on s’y attarde, on s’aperçoit que beaucoup d’aliments ultra-transformés nuisibles à la santé sont mis en valeur. Par exemple, pour combler vos besoins en « Grains entiers », on vous propose des croustilles de marque comme Doritos et Tostitos. Vous avez envie d’une collation « Keto » ? Les chocolats Lindor de Lindt ne sont qu’à un clic de votre panier, si vous faites votre épicerie en ligne. Si vous décidez d’opter pour une alimentation « Naturelle », produits surgelés (ex. : les pâtés St-Hubert), craquelins à saveur de fromage (Goldfish), nouilles instantanées (Mr.Noodle) et autres produits hautement transformés sont suggérés. À nouveau, on maquille des produits alimentaires ultra-transformés avec des étiquettes pour leur donner une allure santé. Plutôt que d’aider le consommateur, on augmente la confusion.

Avec la multiplication des stratégies et la diversification des canaux utilisée par l’industrie de la minceur, Santé Canada doit agir pour encadrer les pratiques et nous donner accès à une information juste. La santé de la population doit passer avant les intérêts économiques des industries.

Articles similaires