Techno

Facebook bloque deux sites permettant de «suicider» son alter ego virtuel

Certains membres des réseaux
sociaux ont recours à des sites de «suicide virtuel» pour souligner de
façon théâtrale, la suppression de leur profil virtuel de certains
réseaux sociaux. Mécontent de cette possibilité et de son impact sur
ses politiques, Facebook a coupé l’accès à deux sites spécialisés dans
cette pratique.

Facebook a envoyé une lettre de mise en demeure au site Seppukoo.com
leur demandant de cesser de suggérer aux internautes d’«impressionner
leurs amis en se déconnectant», en commettant un suicide virtuel d’une
façon similaire à ceux qu’accomplissaient les samouraïs au Japon.

Facebook a retiré toute information et tout lien relatifs à
Seppukoo.com de son site vers la mi-décembre et menace maintenant
d’intenter des poursuites judiciaires. D’après Facebook,
Seppukoo demande des informations confidentielles aux utilisateurs,
comme leur nom d’utilisateur et leur mot de passe, tout en détériorant
le contenu de leur site.

Se présentant presque comme une source de réconfort, le site offre
une assistance à ce mode de suppression identitaire propre à l’ère
numérique et invite les internautes à découvrir ce qu’il y a après la
vie Facebook: «Vous êtes plus qu’une identité virtuelle».

Facebook a aussi confirmé avoir coupé l’accès à un autre site offrant des services similaires, «Suicide Machine», qui a déjà coupé les amitiés entre 50 000 membres et supprimé le profil de 500 membres de Facebook.

Pour ce faire, le réseau social a bloqué les adresses IP utilisées
par «l’équipe de suicide 2.0» dans leurs serveurs. Comme dans le cas de
Seppukoo, Facebook soutient que «Suicide Machine» demande des
informations personnelles aux utilisateurs, violant ainsi sa politique
de confidentialité.

Le site de suicide virtuel des Pays-Bas s’occupe aussi de supprimer
l’identité des utilisateurs de LinkedIn, Twitter et MySpace.

Articles récents du même sujet