Sports

Djokovic bat facilement Nadal à Melbourne

Djokovic bat facilement Nadal à Melbourne
Photo: Aaron Favila/The Associated PressAaron Favila / The Associated Press

MELBOURNE, Australie — Intraitable, Novak Djokovic a prévalu 6-3, 6-2, 6-3 contre Rafael Nadal, dimanche, remportant ainsi la finale des Internationaux d’Australie.

Le favori serbe a réglé le cas de l’Espagnol en deux heures et six minutes, établissant un record avec un septième titre à Melbourne.

Djokovic a remporté les trois derniers tournois du Grand chelem; il a maintenant triomphé lors de 15 grands tournois.

«Son niveau de tennis est fabuleux», a reconnu Nadal.

Après n’avoir échappé que quatre jeux en demi-finale, Djokovic a gardé son élan avec 34 coups gagnants et seulement neuf fautes directes, dimanche.

Deuxième raquette au monde, Nadal n’avait concédé aucun set en Australie, cette année.

Djokovic s’est également imposé à Melbourne en 2008, 2011, 2012, 2013, 2015 et 2016, en plus de quatre fois à Wimbledon, trois fois à New York et une fois à Paris.

Roger Federer et Roy Emerson comptent chacun six titres en Australie. Djokovic a aussi devancé Pete Sampras pour les consécrations en Grand Chelem; seuls Federer (20) et Nadal (17) ont été couronnés plus souvent.

Nadal est sorti vainqueur d’une seule de ses cinq finales à Melbourne, en 2009.

Une douleur au coude droit a coûté à Djokovic la dernière moitié de 2017. Elle a contribué à une défaite au quatrième tour à Melbourne il y a un an, juste avant qu’il décide de se faire opérer. Mais l’athlète de 31 ans est de nouveau au sommet. Certains pensent même que l’écart entre lui et ses poursuivants s’agrandit.

«J’essaie juste de contempler le chemin parcouru depuis un an, a dit Djokovic, évoquant une blessure qu’il a qualifiée d’assez importante. Je suis sans voix.»

Nadal a aussi eu ses problèmes de santé. L’an dernier, il s’est retiré d’un quart de finale à Melbourne et d’une demi-finale new-yorkaise, ennuyé à la jambe droite. Pendant la saison morte, il a subi une opération à la cheville droite et avant son entrée en scène en Australie, il n’avait pas foulé les terrains durant plus ou moins quatre mois.

«Atteindre cette finale après les blessures, c’est une belle source d’inspiration pour moi pour la suite, a dit Nadal. Je vais continuer à me battre en vue d’être un meilleur joueur.»

Djokovic et Nadal se connaissent très très bien après 53 duels, dont 28 sont allés en faveur du Serbe. Ils ont divisé les honneurs de leurs huit finales de Grand chelem.

Djokovic n’a jamais été battu en finale au Australie, en sept occasions. Ça inclut le combat épique de 2012 contre Nadal, remporté 5-7, 6-4, 6-2, 6-7 (5) et 7-5 par le Serbe, après cinq heures et 53 minutes.

Dimanche, aucune balle ne semblait hors de portée de Djokovic. Il a donné le ton en gagnant 13 des 14 premiers points, dont quatre échanges de 10 coups ou plus.

Possiblement inégalé pour la qualité de ses retours, le Serbe a signé un bris à sa toute première occasion; Nadal n’en avait pas subi à ses cinq derniers matches.

Nadal a laissé filer la seule balle de bris qu’il a obtenue, après une heure et 46 minutes de jeu.

«Il a été meilleur que moi. C’est le sport, a dit Nadal. Nous pourrions en parler sous tous les angles, mais quand l’autre joueur a mieux fait dans pratiquement tous les aspects, il n’y a pas grand-chose que vous pouvez faire.»