Sports

Price dit pouvoir faire encore mieux

Montreal Canadiens goaltender Carey Price, left, has a laugh with defenceman P.K.Subban before the annual team charity golf tournament Thursday, September 10, 2015 in Laval, Que. THE CANADIAN PRESS/Ryan Remiorz Photo: THE CANADIAN PRESS

LAVAL-SUR-LE-LAC, Qc – D’offrir les mêmes performances que celles offertes la saison passée représentera tout un défi pour Carey Price, mais le gardien du Canadien de Montréal croit qu’il peut le faire.

«Ouais, je dois demeurer concentré sur le processus, a dit Price jeudi, lors du tournoi de golf annuel du club. Je ne peux pas penser à l’objectif final. C’est certain qu’on voulait tout gagner la saison passée et on travaille encore là-dessus. Mais il faut se concentrer sur ce que ça prend pour atteindre cet objectif.»

En 2014-15, Price a gagné tous les trophées qu’il souhaitait, sauf le plus important: la coupe Stanley.

Le gardien de 28 ans est devenu le premier joueur de l’histoire du circuit Bettman à remporter le trophée Hart (joueur par excellence), le Ted-Lindsay (joueur par excellence auprès des membres de l’AJLNH), le Vézina (meilleur gardien) et le Jennings (moins de buts alloués) au cours d’une même saison. Il a partagé le Jennings avec Corey Crawford, des Blackhawks de Chicago. Les deux gardiens ont cédé 189 buts chacun.

Difficile de faire mieux, mais Price veut tenter sa chance.

«Je pense que tout le monde cherche à être le meilleur, a-t-il déclaré. C’était très gratifiant et c’est certain que j’y repenserai une fois que j’aurai terminé ma carrière. Mais j’aimerais tenter de répéter l’exploit et de gagner davantage. C’est ça être un athlète.»

Sa moyenne de 1,96 et son taux d’efficacité de ,933 — deux marques personnelles — en 66 matchs ont aidé le Tricolore à terminer deuxième au total avec 110 points, trois de moins que les Rangers de New York.

Le Canadien a été éliminé au deuxième tour par le Lightning de Tampa Bay. Si l’équipe sent qu’elle est en lice pour les grands honneurs, les joueurs ne prennent rien pour acquis, rappelant que les vainqueurs de la coupe Stanley en 2014, les Kings de Los Angeles, n’ont pu se qualifier l’an dernier, tout comme les Bruins de Boston malgré une saison de 96 points.

Articles récents du même sujet