Sports

CH: les nouveaux trios fonctionnent

CH: les nouveaux trios fonctionnent
Photo: The Associated PressMontreal Canadiens center Alex Galchenyuk, left, and Tom Gilbert, right, congratulate center Lars Eller (81) after he scored his second goal of the night, during the second period of an NHL hockey game against the Boston Bruins in Boston, Saturday, Oct. 10, 2015. Eller scored two goals for Montreal and Alex Galchenyuk had three assists as the Canadiens won 4-2. (AP Photo/Mary Schwalm)

La saison du Canadien a débuté d’une façon qui permet aux partisans de rêver.

Surtout que les trios préparés par Michel Therrien ont, pour la plupart, produit des résultats agréablement surprenants.

Un des aspects les plus importants de la LNH moderne est l’importance de pouvoir compter sur une attaque équilibrée. Entre le trio de Max Pacioretty, de Tomas Plekanec et de Brendan Gallagher, et celui de Lars Eller, d’Alex Galchenyuk et d’Alexander Semin, le Canadien présente un défi de taille aux équipes adverses.

Et il ne faut pas oublier la contribution des joueurs de soutien, comme Brian Flynn et Torrey Mitchell. Même le coup de patin de Devante Smith-Pelly s’est grandement amélioré cette saison.

Le seul trio qui semble éprouver quelques difficultés à trouver le fond du filet est celui de Tomas Fleischmann, de David Desharnais et de Dale Weise. La patience est de mise dans leur cas.

De toute façon, tout entraîneur vous dira qu’avoir trois trios sur quatre qui fonctionnent bien est un exploit. En défense, les deux joueurs qui ont reçu une pléthore de critiques l’an dernier ont commencé la saison du bon pied. Si Tom Gilbert et Alexei Emelin continuent à offrir une présence solide en zone défensive, le Tricolore deviendra une force digne de respect dans la ligue nationale.

Le potentiel de Nathan Beaulieu
Quand Beaulieu était sur la glace la saison dernière à forces égales, le Canadien a compté 56% de ses buts. Pour mettre cela en perspective, seuls deux autres défenseurs avaient un meilleur pourcentage de buts comptés: Andrei Markov, avec 59,6%, et P.K. Subban, avec 56,1%.

Beaulieu a aussi été un des trois défenseurs du CH à afficher un différentiel de tirs positifs la saison dernière, soit une note de 51,1%, deuxième derrière Subban, à 51,5%, et même devant Markov, à 50,5%.

Essentiellement, lorsque Beaulieu était sur la glace, le Tricolore dominait en matière de buts inscrits et de lancers. À 22 ans, c’est impressionnant, étant donné que les défenseurs du circuit Bettman prennent généralement du temps à s’acclimater à la vitesse du jeu.

Maintenant que Markov approche du crépuscule de sa carrière, ne soyez pas surpris si Beaulieu reçoit davantage de temps de glace.

La valeur cachée de Paul Byron
Paul Byron n’est pas un attaquant de premier plan. Cependant, l’ancien des Olympiques de Gatineau est plus qu’un employé de soutien.

•    Une équipe va rarement trouver des merveilles au ballottage. L’objectif est simplement d’acquérir un élément qui est au-dessus du niveau d’un joueur de remplacement.
•    Byron a passé la plupart de son temps au sein du troisième ou du quatrième trio à Calgary et a récolté  6 buts et 13 mentions d’aide en 57 matchs la saison dernière. Le plus impressionnant est que, lorsqu’il est sur la glace, ses coéquipiers sont plus susceptibles d’être en possession de la rondelle. En dépit de sa taille, un athlète comme Byron, qui peut aider son équipe à gagner, est une bonne acquisition.

tableau Byron c