Sports
13:46 29 juin 2016 | mise à jour le: 29 juin 2016 à 14:25 Temps de lecture: 1 minutes

Un agent s’oppose à la période d’interviews

Un agent s’oppose à la période d’interviews
Photo: THE ASSOCIATED PRESSBoston Bruins' Loui Eriksson (21) and New York Islanders' Nikolay Kulemin (86) battle for the puck during the first period of an NHL hockey game in Boston, Saturday, March 12, 2016. At least one prominent player agent thinks the NHL's six-day free agency interview period is a waste of time. "I just don't find it productive at all," said J.P. Barry, who represents pending free agents Andrew Ladd and Eriksson. THE CANADIAN PRESS/AP/Michael Dwyer

Au moins un agent de joueurs de grande notoriété est d’avis que la période de six jours permettant aux équipes de la Ligue nationale de hockey de contacter les joueurs autonomes avant la date du 1er juillet est une perte de temps.

J.P. Barry, qui représente les intérêts d’Andrew Ladd et de Loui Eriksson, deux joueurs autonomes potentiels, considère que le processus est contre-productif et ressemble davantage à un «concours de beauté temporaire».

Depuis 2013, la LNH a donné la permission aux équipes et aux joueurs autonomes sans compensation d’interagir sans entraves pendant une période de six jours. Il s’agit d’un concept qu’avait proposé l’Association des joueurs de la LNH pour aider les deux clans.

Mais Barry préférerait que ce concept soit aboli parce qu’il s’agit, dit-il, d’une mascarade peu constructive qui ne fait que compliquer le processus.

Jim Nill, le directeur général des Stars de Dallas, est également tiède face au concept, qu’il considère efficace dans certaines circonstances spécifiques.

Articles similaires