Techno

Drops: apprendre une nouvelle langue par le jeu

Drops: apprendre une nouvelle langue par le jeu
Photo: iStock

Une nouvelle application rend l’apprentissage d’une nouvelle langue ludique et accessible à tous. Contrairement à ses concurrentes, cette application repose uniquement sur le vocabulaire et la prononciation.

«Je vous arrête tout de suite: aucune application ne peut pas vous rendre bilingue», insiste Daniel Farkas, créateur de l’application Drops. «Le vocabulaire est la fondation de la langue. C’est tout ce qu’il nous faut pour acquérir une confiance suffisante pour commencer à parler la langue.»

Pour le reste, le fondateur préfère se référer à des professeurs et à de «vrais êtres humains».

Gamification de l’expérience

Daniel Farkas le sait: «apprendre une langue peut être très ennuyeux.» La grammaire, les verbes, la conjugaison: «une vraie plaie» blague le créateur. C’est pourquoi lui et son équipe ont préféré créer un jeu uniquement dédié à l’apprentissage du vocabulaire. Une façon ludique et engageante de réviser, selon lui.

Dessins animés, blocs à assembler, et autres petits jeux permettent de débloquer et de retenir le plus de mots possibles.

Les utilisateurs ne peuvent d’ailleurs que «jouer» à Drops que 5 minutes par jour. Des études ont en effet montré qu’espacer des exercices courts permettait de maximiser sa mémoire.

De plus, «ce système chronométré donne envie au joueur de revenir», explique Farkas. Après 5 minutes, beaucoup d’utilisateurs se sentent frustrés, et réutilisent Drops dès les 10 heures d’attente dépassées. «Avec cette limite de temps, on encapsule également l’attention de l’utilisateur. Celui-ci sait qu’il doit rester concentré pour les 5 prochaines minutes. Son focus est à 100%.»

De plus en plus de langues

Aujourd’hui, Drops compte 35 langues. De l’anglais, aux différents espagnols parlés à travers le monde, en passant par des langues plus rares comme l’hawaïen, le maori ou l’islandais. Le français québécois sera bientôt ajouté.

«Nous mettons un accent particulier sur les langues « rares » et les dialectes», explique le fondateur de l’application. «Nous souhaitons en développer encore davantage, selon les envies et les besoins de nos utilisateurs, bien sûr.»

Pour les langues disposant d’un alphabet spécifique, comme l’alphabet cyrillique russe ou le kana japonais, les équipes de Daniel Farkas ont également mis en place l’application Scripts. Celle-ci permet d’apprendre, toujours de manière ludique, à écrire et lire ces caractères. Elle a d’ailleurs remporté le prix Google Material Design dans la catégorie «Expérience».