Uncategorized

Budget 2017: le maire Miranda ne s’attend pas à de bonnes nouvelles

Budget 2017: le maire Miranda ne s’attend pas à de bonnes nouvelles
Photo: Archives TC Media

L’enveloppe budgétaire octroyée par la ville-centre à l’arrondissement d’Anjou a beau être indexée de 1%, l’équilibre budgétaire 2017 demeurera difficile à atteindre avec une réduction imposée de 2,5% de la masse salariale. Au final, l’arrondissement devra composer avec une dotation moins généreuse.

Le budget n’ayant pas encore été adopté, les chiffres officiels n’ont pas été dévoilés, mais les prévisions ne sont pas encourageantes, laisse entendre le maire Luis Miranda.

La marge de manœuvre de l’arrondissement pour faire face aux augmentations du coût des contrats, à l’indexation des dépenses pour la rémunération, les biens et les services demeure mince.

«Cette situation constitue un défi pour dresser un budget 2017 sans diminution des services et qui respecte la capacité de payer des Angevins. Nous ferons des pieds et des mains pour y arriver», assure le maire.

Ce dernier déplore la sous-dotation dont est victime son arrondissement depuis plusieurs années.

«Nous envoyons environ 110M$ de revenus à la ville-centre et nous devons composer avec des budgets de l’ordre de 30M$, en plus d’avoir recours à une taxe locale car on ne nous transfère qu’un peu plus de 20M$ en dotation budgétaire.»

La conseillère Michelle Di Genova Zammit, membre de l’équipe Coderre, préfère réserver ses commentaires lors de l’adoption officielle du budget 2017.

PTI 2017-2019
L’arrondissement disposera d’une somme totale de 16,9M$ afin d’investir dans ses infrastructures au cours des trois prochaines années.

Le programme triennal d’immobilisations (PTI) 2017-2019 adopté par les élus angevins fait état d’investissements de l’ordre de 5,6M$ annuellement.

Ces sommes serviront au réaménagement de parcs, à la protection des bâtiments, au programme de réfection routière et d’infrastructures, à l’aménagement de la place publique dans le cadre des célébrations du 375e de Montréal (en collaboration avec la Ville) et plus encore.

Rappelons que le PTI est ni plus ni moins qu’une liste d’épicerie et que les projets peuvent varier dans le temps en fonction des priorités établies par les élus. Les sommes peuvent également être reportées d’une année à l’autre.