Environnement

350 athlètes pour la cause

Le skieur américain Bode Miller porte au front un bandeau vert où on peut lire, en bleu, l’inscription «350». Son compatriote, le cycliste de cross-country Adam Craig fait de même, et de plus en plus d’athlètes joignent les rangs de ce mouvement.

Le nombre 350 fait référence à la concentration de CO2 de 350 parties par million dans l’atmosphère. C’est ce niveau de CO2 qui est considéré, par des scientifiques éminents, comme le point à ne pas dépasser si on veut éviter que le climat ne s’emballe.

Si tout va comme prévu au cours de la campagne 350 (www.350.org), ce sont 350 athlètes de haut niveau qui auront joint le mouvement 350 jours avant la conférence qui doit accoucher d’un traité global prenant la relève de Kyoto. Cette conférence doit se tenir à Copenhague en décembre 2009.

Mais la chose ne s’arrête pas là, et ils ne seront pas les seuls athlètes à s’engager dans la bataille contre les changements climatiques. À Poznan, en décembre dernier, une trentaine de skieurs professionnels ont signé un appel réclamant une action urgente. «Skieurs et snowboarders passionnés, nous constatons directement le pouvoir destructeur du réchauffement climatique. […] Des Alpes à l’Himalaya, des Rocheuses à la chaîne des Andes, le réchauffement climatique menace l’hiver.»

Le recul des glaciers et les modifications profondes dans les chutes de neige «toucheront des millions de personnes», menaçant en particulier le tourisme et les activités liées aux sports d’hiver.

Au Canada aussi

Au Canada, l’implication de la skieuse de fond et médaillée d’argent Sara Renner est aussi remarquée. Sur le site internet des Jeux olympiques de Vancouver 2010, elle dit ceci : « Je suis tellement ha-bituée aux descentes sur de la neige transportée par camion sur des centaines et des centaines de kilomètres. Chaque année, cette neige devient plus sale. Il est vraiment difficile pour les organisateurs de tenir des coupes du monde en Europe.»

En tant que nouvelle maman, Sarah Renner affirme vouloir léguer une planète en santé aux générations futures.

Elle est loin d’être la seule! C’est un bon départ pour 2009!