Actualités

Manchester: voici les fausses nouvelles qui circulent toujours

Cet article sera mis à jour si de nouvelles fausses informations sont propagées sur le web. Jetez-y un coup d’oeil au fil des prochains jours.

Au lendemain de l’attaque sordide perpétrée contre l’aréna Manchester où se trouvaient des milliers de fans de la chanteuse Ariana Grande, l’internet est en panique générale. Et c’est compréhensible.

Des bribes d’information ont commencé à circuler: 19 morts, Ariana Grande en sécurité, une cinquantaine de blessés, des enfants non accompagnés réfugiés dans un Holiday Inn, des dizaines d’enfants et d’ados qui ne donnent pas de nouvelles à leurs proches, un homme armé dans un hôpital à proximité, des amis inquiets, etc.

La nature de l’attaque, traitée comme terroriste par les autorités anglaises, provoque des réactions émotives, impulsives. Et de notre côté de l’Atlantique, le seul moyen que plusieurs trouvent pour aider, c’est de relayer le plus d’information possible.

Et il se trouve là, le danger de propager des fausses nouvelles.

Voici les fausses histoires qui circulent toujours abondamment sur les réseaux sociaux

État islamique aurait tweeté ses intentions avant l’attaque

Le tweet d’une internaute prétendant qu’un membre d’État islamique a publié des menaces dirigées contre l’aréna Manchester «des heures avant l’événement» a été relayé des milliers de fois sur plusieurs réseaux sociaux.

Elle appuie ses propos avec des captures d’écran du compte owys663, suspendu lundi en soirée. L’homme aurait publié les menaces entre 18h24 et 18h32.

Mais il y a une faille dans sa logique.

Pamela Moore indique qu’elle habite au Texas. Si c’est bien elle qui a pris les captures d’écran, 18h32 heure centrale (le fuseau horaire du Texas) équivaut à 19h32 ici… et à 23h32 à Manchester, en Angleterre.

L’attaque a été perpétuée vers 22h30, heure anglaise. Les tweets cité par Pamela Moore ont donc été publiés environ une heure après l’événement.

Cet homme serait responsable de l’attaque

Encore une fois, puisque tout le monde veut être le premier à révéler l’identité du ou des responsable(s) de l’attaque, des images de plusieurs hommes différents circulent sur le web avec la mention «Manchester bomber».

Les autorités ont révélé que Salman Abedi, 22 ans, est le suspect principal.

Pourtant, même après que tous les médias aient publié le nom de l’auteur de l’attaque, cette photo continue à circuler. Il s’agirait d’un homme identifié comme étant Samil Al-Hayidd.

La photo m’apparaissait familière. Et avec raison. Elle a été utilisée par des trolls presque à chaque fois que des autorités recherchaient l’auteur d’une attaque terroriste.

«Samil Al-Hayidd» est une mauvaise blague, un détournement du réel nom de l’homme sur la photo: Sam Hyde. Connu pour ses propos pro-Trump, l’humoriste est un membre assumé de l’Alt-Right (l’extrême droite).

Voici la photo qui circule, comparée à la photo originale de Sam Hyde:

Évidemment, ce n’est ni celui qui a perpétré l’attentat, ni même un homme si barbu.

Des personnes faussement déclarées disparues

Si vous avez fait le tour des réseaux sociaux à la suite de l’attaque, il y a de fortes chances que vous ayez vu cette image:

Le montage semble être un mélange de personnes réellement portées disparues et de photos trouvées au hasard sur les réseaux sociaux. Voici quelques exemples:

La deuxième photo montre la fille d’une photographe assez connue. Sa mère a confirmé qu’elle se porte bien… en Australie.

Et puisque les trolls ont tendance à profiter de ces tragédies pour générer le plus de clics possibles, on ne sera pas surpris d’apprendre qu’un compte «Gamer Gate» a feint la disparition de «son fils». Son message a été «retweeté» plus de 18 000 fois.

Il s’est d’ailleurs vanté, un peu plus tard, du succès de son «troll».

D’autres internautes ont confirmé que certaines des personnes apparaissant sur les photos n’avaient jamais été portées disparues:

Cette partie de l’article sera mise à jour au courant de la journée.

Une femme aurait aidé 50 enfants à se réfugier dans un hôtel

Des milliers de publications sur les réseaux sociaux indiquaient qu’une femme avait rassemblé une cinquantaine d’enfants et d’adolescents non accompagnés dans un hôtel Holiday Inn à proximité de l’aréna Manchester.

Les autorités officielles ont nié la nouvelle:

«Nous voulons remercier toutes les personnes qui ont voulu aider des personnes à retrouver leurs proches, mais nous ne pensons PAS que des enfants non accompagnés se trouvent dans l’un des hôtels de Manchester.»

La femme en question, Paula Robinson, a été témoin de la scène, mais a déclaré à la BBC que les gens qui avaient partagé son numéro de téléphone avaient mal compris ses intentions. Elle et son mari auraient aidé deux enfants à sortir de l’aréna et auraient crié à la foule paniquée de se diriger vers l’hôtel Holiday Inn.

Soyez vigilants, et fiez-vous seulement à ce que les autorités officielles rapportent.

Pour suivre les développements, je vous conseille de surveiller le fil Twitter de la Police de Manchester.

 

Articles récents du même sujet