Actualités
17:31 1 février 2019 | mise à jour le: 1 février 2019 à 17:36 temps de lecture: 3 minutes

Chiens potentiellement dangereux: 38 bêtes évaluées depuis le mois d’août

Chiens potentiellement dangereux: 38 bêtes évaluées depuis le mois d’août
Photo: Archives TC Media

Depuis l’adoption de son règlement sur l’encadrement des animaux domestiques en août dernier, la Ville de Montréal a examiné 38 chiens après que ceux-ci aient eu un comportement menaçant.

«Il y a eu 38 évaluations depuis le nouveau règlement [animalier] qui ont été réalisées par des experts de notre escouade canine sur les morsures», a confirmé vendredi à Métro le responsable du dossier de la gestion animalière au sein de l’administration de Valérie Plante, Craig Sauvé. 

Sur ces 38 bêtes, 10 ont été ajoutées au registre des chiens potentiellement dangereux de la Ville de Montréal depuis l’adoption de ce règlement le 20 août dernier.

Les conditions de garde pour les chiens inscrits à ce registre, qui compte actuellement 81 chiens de diverses races, comprennent notamment l’obtention d’un permis spécial au coût annuel de 175$, le port d’une muselière par la bête ainsi que d’une médaille délivrée par la Ville.

Évaluation coûteuse
Ces évaluations ont eu lieu à la suite de plaintes de citoyens concernant des chiens ayant eu des comportements menaçants et de la visite d’un inspecteur de la Ville auprès du plaignant. Si la plainte est jugée fondée, l’inspecteur peut exiger l’examen du chien par un vétérinaire et d’autres experts.

Le coût de cette évaluation, qui s’élève à 465$, est assumé en totalité par le propriétaire du chien visé.

«C’est la moyenne du coût pour nos spécialistes pour une journée de travail et la Ville veut récupérer un petit peu», a indiqué M. Sauvé, qui estime que la Ville «en fait beaucoup pour aider les propriétaires de chiens» en offrant notamment des ateliers de prévention des morsures et le programme «Troque ton ticket», qui permet aux propriétaires de chiens ayant reçu un constat d’infraction en lien avec le règlement animalier de faire annuler celui-ci en participant à une séance d’information.

Questionné sur le faible nombre de chiens inscrits au registre, la métropole en compterait environ 115 000, Craig Sauvé a indiqué que cette liste, rendue publique hier, sera mise à jour régulièrement.

«Au fur et à mesure, je pense qu’il pourrait y avoir des incidents, des chiens qui ont des problèmes de santé mentale. Il va y avoir plusieurs raisons pour lesquelles d’autres chiens vont être ajoutés à la liste», a-t-il précisé. 

Recours judiciaire
Le conseiller municipal a d’ailleurs réagi aux propos de la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux de Montréal rapportés vendredi par Métro, qui a critiqué l’absence d’un processus de révision qui permettrait aux propriétaires de chiens faisant l’objet d’une ordonnance d’euthanasie de contester celle-ci auprès de la Ville.

«Le maître peut contester, mais en Cour», a dit M. Sauvé. 

«On a trouvé un consensus pour rassurer les Montréalais tout en augmentant le bien-être animal», a-t-il ajouté, notant que le règlement animalier interdit notamment qu’un chien soit gardé attaché pendant plus de trois heures ainsi que l’utilisation d’un collier électrique. 

Le parti de l’opposition officielle à l’hôtel de ville, Ensemble Montréal, qui avait demandé la création d’un tel registre en août dernier, n’a pas voulu réagir vendredi à la mise en ligne de celui-ci.

Articles similaires