Actualités
16:45 5 février 2019 | mise à jour le: 6 février 2019 à 22:28 temps de lecture: 3 minutes

Le train qui a déraillé en Colombie-Britannique a bougé seul, dit le BST

Le train qui a déraillé en Colombie-Britannique a bougé seul, dit le BST
Photo: Photo: La Presse canadiennePhoto: La Presse canadienne

Un train de marchandises du Canadien Pacifique était stationné et a commencé à bouger tout seul avant de dérailler et de tuer trois membres de l’équipage à la frontière entre l’Alberta et la Colombie-Britannique, a relaté mardi le Bureau de la sécurité des transports (BST).

Le BST a indiqué que le train de marchandises, qui se dirigeait vers l’ouest, avait été stationné sur une pente avec ses freins à air pendant deux heures près de Field, en Colombie-Britannique, lorsqu’il a commencé à se déplacer lundi matin.

Selon l’enquêteur James Carmichael, l’équipage venait de grimper dans le train, mais elle n’était pas prête à partir. Les travailleurs ne sont pas responsables, c’est le train qui a commencé à bouger tout seul, a souligné M. Carmichael.

Le train avait 112 wagons et trois locomotives et transportait du grain à destination de Vancouver. Après avoir commencé à bouger, il a pris beaucoup de vitesse, qui a excédé le maximum de 32 kilomètres/heure dans les virages du col de montagne. Il a dévalé un peu plus de trois kilomètres avant que 99 wagons et deux locomotives ne déraillent à un virage avant un pont, selon l’enquêteur.

Seulement 13 wagons et la locomotive à l’arrière du convoi sont restés sur la voie «La locomotive de tête a fini par s’immobiliser sur le côté dans un ruisseau et quelques wagons déraillés se sont immobilisés sur une berge», a indiqué M. Carmichael. «Les wagons restants, dont la locomotive du milieu, se sont empilés derrière.»

Les victimes déplorées Les trois membres de l’équipage étaient dans la locomotive de tête, qui a été «gravement endommagée dans le déraillement». L’accident est survenu entre les Tunnels en spirale inférieurs et supérieurs, qui ont été construits il y a 110 ans pour aider les trains à traverser le dangereux col du Cheval-qui-Rue. Les victimes sont le mécanicien Andrew Dockrell, le chef de train Dylan Paradis et le stagiaire Daniel Waldenberger-Bulmer.

Greg Edwards, de la section ferroviaire au syndicat canadien des Teamsters, dit avoir reçu un appel pendant la nuit. «C’est l’un des pires appels à recevoir», a-t-il relaté lundi. «Tout le monde à qui j’ai parlé, dans l’entreprise et au syndicat, est dévasté.»

L’équipage était établi à Calgary, selon le syndicat. M. Edwards soutient que le conducteur comptait plus de vingt ans d’expérience dans les chemins de fer. Le président et chef de la direction du Canadien Pacifique a déclaré que cette tragédie aurait un impact durable sur la grande famille de l’entreprise. Seize wagons d’un convoi du CP avaient déraillé le 3 janvier dans le même secteur, situé près des Tunnels en spirale.

Personne n’avait été blessé dans ce déraillement. Le syndicat des Teamsters soutient par ailleurs que huit travailleurs des chemins de fer sont morts au Canada depuis novembre 2017.

Articles similaires

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • DEBANO Pierre

    La mort de personnes est toujours une triste nouvelle. On peut quand même penser que, selon ce que l’on comprend de l’article, le train aurait été abandonné sans que toutes les mesures d’immobilisation soient prises compte-tenu de la pente de la zone où le train stationnait. Il y aurait donc erreur humaine, soit des rédacteurs des consignes, soit des agents qui ont abandonné le train.