Actualités

Négociations avec les employés d’entretien: la STM dépose une offre «finale»

Négociations avec les employés d’entretien: la STM dépose une offre «finale»
Photo: Pablo A. Ortiz

La Société de transport de Montréal (STM) a déposé lundi «une offre globale et finale» à ses employés d’entretien après plusieurs mois de négociations infructueuses.

La semaine dernière, la STM, qui accusait ses quelque 2400 employés d’entretien d’exercer des moyens de pression, a fait appel au Tribunal administratif du travail. Le jugement est attendu cette semaine.

Le syndicat des employés d’entretien nie actuellement avoir joué un rôle dans la baisse du nombre d’autobus disponibles sur la route aux heures de pointe, blâmant plutôt les nouveaux autobus hybrides de la flotte, qui seraient moins résistants aux conditions hivernales. Des affirmations qui ont été contredites par la suite par la STM.

La STM et ses employés d’entretien négocient depuis avril 2017 le renouvellement du contrat de travail de ces derniers. La société de transport réclame davantage de «souplesse» à ses 2400 employés dans le but de créer des quarts de travail de nuit et de réduire le nombre d’heures supplémentaires. Le syndicat craint pour la conciliation travail-famille de ses membres et réclame l’embauche d’employés afin de réduire le recours aux heures supplémentaires.

En 2018, les employés d’entretien ont déclenché des grèves d’heures supplémentaires au printemps et à l’été pour faire valoir leur point de vue. Cinq cents d’entre eux ont par ailleurs débrayé de façon illégale, le 15 novembre dernier, pour répliquer au directeur général de la STM, Luc Tremblay, qui les accusait de «sabotage» à cause du nombre de pannes de bus élevé.

La société de transport a indiqué par voie de communiqué qu’elle n’émettra pas d’«autre commentaire» tant qu’elle n’aura pas reçu une réponse du syndicat à son offre, dont les détails n’ont pas encore été dévoilés.

«Par respect pour nos employés, vous comprendrez que nous ne pouvons commenter la nature de l’offre finale déposée avant que le Syndicat ne l’examine et, le cas échéant, la présente à ses membres», a indiqué à Métro le directeur des relations publiques à la STM,  Alain Legault.

Le syndicat des employés d’entretien a pour sa part indiqué qu’il préférait attendre avant d’émettre des commentaires.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *