Actualités
14:48 26 février 2019

Montréal envisage la gratuité du transport en commun le lendemain des tempêtes de neige

Montréal envisage la gratuité du transport en commun le lendemain des tempêtes de neige
Photo: Pablo A. Ortiz

Montréal envisage de rendre les services de transport en commun gratuits au lendemain des tempêtes de neige.

Les élus montréalais ont approuvé mardi la motion de l’opposition officielle demandant que soit étudiée la possibilité d’offrir la gratuité du métro et des autobus de la Société de transport de Montréal (STM) à la suite d’une accumulation d’au moins 20 centimètres de neige.

Le parti Ensemble Montréal a déposé lundi soir, pendant la séance du conseil municipal, une motion afin de réclamer que la Ville de Montréal demande à l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), qui est responsable du financement et de l’organisation du transport en commun dans la métropole, de se pencher sur cette question.

Mardi, pendant la reprises des travaux du conseil municipal, le vice-président de la STM et élu de Projet Montréal, Craig Sauvé, a accueilli favorablement cette motion.

«C’est sûr qu’un des plus grands mandats qu’a notre administration, c’est d’accroître le transfert modal et l’utilisation du transport en commun. C’est une proposition qui mérite sans doute une petite étude», a-t-il déclaré.

L’élu a toutefois proposé d’amender la motion afin que la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) soit chargée d’étudier cette proposition avant d’en faire la proposition à l’ARTM. Cela permettrait d’assurer «la cohérence régionale» alors que ce sont l’ensemble des municipalités du Grand Montréal qui contribuent au financement du transport en commun dans la région, a noté l’élu. C’est finalement cette version amendée qui a été adoptée.

«C’est une bonne idée. Elle permettra de réduire la circulation automobile et la pollution. Il faut toutefois trouver le financement et c’est à la CMM à étudier cette possibilité», a d’ailleurs réagi le conseiller indépendant de Snowdon et ancien vice-président de la STM, Marvin Rotrand.

Alors que l’opposition officielle à l’hôtel de ville affirme qu’une telle initiative permettrait de réduire la circulation automobile le lendemain des tempêtes de neige, facilitant ainsi les opérations de déneigement, l’ARTM a toutefois noté à Métro il y a deux semaines qu’une telle mesure serait difficile à mettre en place, car de telles tempêtes sont difficilement prévisibles.

Selon l’opposition officielle, la mise en place d’une telle initiative coûterait environ 580 000$ par tempête de neige d’au moins 20 centimètres.

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Fayssal cherouaki

    Oui je suis daccord avec cette decision la derniere fois il faisait -32 mon auto a reste prise sur guertin et henri bourassa moi c mr fayssal cherouaki jai une petite compagnie de remorquage je stationne mon camion 4 min de mo. Logement je voulais prendre le bus mais javais juste des billets de 20 et 100 mais le chauffeur de bus mas faite descendre jai marche pendant 15 mn