Actualités

Montréal paiera des crédits carbone pour compenser les déplacements aériens de ses employés

Montréal paiera des crédits carbone pour compenser les déplacements aériens de ses employés
Photo: © istock.com/egorych

La Ville de Montréal achètera des crédits carbone chaque fois qu’un fonctionnaire ou un élu municipal prendra l’avion dans le cadre de ses fonctions, des sommes qui seront réinvesties dans des programmes éducatifs.

«À partir d’aujourd’hui, lorsque je prendrai l’avion pour une mission, comme ce sera le cas demain lorsque je m’envolerai vers Buenos Aires pour une mission diplomatique où je me rends à titre de présidente de Metropolis, je vais compenser mes déplacements aériens par l’achat de crédits carbone», a déclaré mardi la mairesse de Montréal lors d’une conférence de presse à l’hôtel de ville.

La Ville entend ainsi compenser quelque 150 déplacements aériens réalisés annuellement par ses fonctionnaires et ses employés municipaux, mais n’a pas encore établi la somme qui sera prévue à cet effet. Ces déplacements comprennent les missions d’aide humanitaire réalisées par des fonctionnaires en Haïti, de même que la présence d’élus municipaux à des conférences internationales.

Le programme de crédits carbone sélectionné est celui de la Bourse Scol’ERE, qui prévoit des investissements d’environ 26$ dans la tenue d’activités de sensibilisation à la protection de l’environnement dans des écoles primaires pour chaque tonne de CO2 équivalent ainsi compensée. La Ville de Montréal devra donc investir quelque 65$ dans ce programme pour compenser le vol de la mairesse vers l’Argentine, qui représente, selon Mme Plante, quelque 2,5 tonnes de CO2.

Cette initiative de la Ville permettra de réduire l’empreinte carbone de la métropole, le transport aérien étant le mode de déplacement qui émet le plus de gaz à effet de serre par kilomètre-passager, a noté Valérie Plante.

Le président de C2 Montréal, Richard Saint-Pierre, qui a pris part à cette conférence de presse mardi, a pour sa part invité les quelque 6000 personnalités du milieu des affaires provenant d’une cinquantaine de pays qui prendront part à l’événement annuel en mai à s’inspirer de cette initiative.

«Je m’engage aujourd’hui à compenser le carbone de tous mes vols cette année et j’invite tous les participants de C2 à en faire de même», a-t-il lancé. 

Moins de vols
La mairesse de Montréal entend par ailleurs réduire le nombre de vols aériens réalisés par les employés municipaux, en particulier ceux pouvant être remplacés par des déplacements en voiture ou en train.

«Surtout pour les déplacements nationaux, il y a moyen de faire autrement que par l’avion», a-t-elle indiqué. 

La mairesse de Montréal s’est par ailleurs dit «choquée» par les conclusions d’un rapport publié lundi par Environnement Canada, qui note que la température monte deux fois plus vite au pays qu’en moyenne dans le reste du monde. Le Canada fait pourtant partie des membres signataires de l’Accord de Paris, qui se sont donné comme objectif de maintenir la hausse de la température mondiale sous la barre des 2 degrés Celsius en comparaison avec les niveaux préindustriels.

Selon Valérie Plante, ce rapport démontre une nouvelle fois que les ordres de gouvernement supérieurs doivent «investir massivement dans le transport en commun» afin de lutter contre les changements climatiques.