Actualités

Place au vert à l’école Martin-Bélanger de Lachine

Place au vert à l’école Martin-Bélanger de Lachine
Photo: Messager Lachine & Dorval - Olivier CroteauCe seront plus de 12 arbres et 73 arbustes qui seront plantés dans la cour réaménagée de l’école primaire Martin-Bélanger, le samedi 14 septembre.

La cour de l’école primaire Martin-Bélanger de la rue Saint-Jacques, dans le quartier Saint-Pierre, à Lachine, se refait une beauté. Une journée de plantation s’inscrivant dans le projet Sous les pavés marquera l’inauguration des nouveaux aménagements, la semaine prochaine.

La première étape, en juin, avait permis de retirer plus de 140 m² d’asphalte dont l’état laissait à désirer. À présent, l’organisme Revitalisation Saint-Pierre coordonnera la mise en terre de 12 arbres et 73 arbustes le samedi 14 septembre, dès 10h.

Une trentaine de bénévoles sont attendus pour aider à façonner le parc-école qui sera plus stimulant et sécuritaire pour les élèves, le personnel et les résidents du quartier, en plus de devenir un espace collectif de fraîcheur.

«Ce sera un cadre de vie plus sain pour tout le monde. La cour était un vrai îlot de chaleur», indique le directeur du Groupe de recommandations et d’actions pour un meilleur environnement (GRAME), Jonathan Théôret.

Le programme vise également à rallier la communauté autour de changements les touchant tous.

Éponges urbaines

Plusieurs bénéfices découlent de l’aménagement d’arbres dans un milieu urbain, tels que l’atténuation des zones de chaleur, l’amélioration de la qualité de l’air et une meilleure gestion des eaux. Les fosses de plantation vont notamment absorber l’eau de pluie et la redistribuer dans la terre pour mieux la nourrir.

«Les arbres agissent comme des éponges urbaines, explique M. Théorêt. Un sol imperméable, comme celui en asphaltage, ne permet pas l’infiltration de l’eau. Et un sol déshydraté vient à craqueler, ce qui peut même endommager les fondations de certaines maisons.»

Avec des projets comme Sous les pavés, il souhaite partager aux jeunes les notions de plantations et l’importance de prendre soin des nouvelles pousses. Cela correspond, pour lui, à une chance de générer des protecteurs des forêts urbaines.