Actualités

Le virus d’Epstein-Barr pourrait être la cause de la COVID longue

Photo: Gerd Altmann/Pixabay

Les symptômes de la COVID longue pourraient être liés à une réactivation du virus d’Epstein-Barr, un type de virus de l’herpès, selon une étude publiée dans la revue médicale Pathogens.

Les chercheurs ont constaté que le virus d’Epstein-Barr en période de sommeil était réactivé chez plus des deux tiers des patients présentant des symptômes de la COVID longue.

D’après la Société canadienne du cancer, le virus d’Epstein-Barr (VEB) est un type courant de virus de l’herpès. C’est l’un des virus qui affectent le plus l’humain, soit plus de 90 % des gens dans le monde avant qu’ils n’atteignent l’âge de 20 ans. Le VEB reste dans le corps toute la vie, bien que la plupart des gens n’éprouvent pas de symptômes au cours des premières semaines d’infection.

Ces résultats suggèrent que de nombreux symptômes de COVID longue peuvent ne pas être le résultat direct du virus SARS-CoV-2, mais peuvent être le résultat de la réactivation du virus Epstein-Barr induite par l’inflammation du COVID-19.

«Nous avons constaté que 66,7 % (20/30) des sujets COVID longs, contre 10 % (2/20) des sujets témoins dans notre groupe d’étude principal étaient positifs pour la réactivation du VEB».

Extrait de l’étude

Les patients atteints de la COVID-19 présentent parfois des symptômes à longs termes après la résolution de la maladie, notamment de la fatigue, du brouillard mental et des éruptions cutanées. Ces symptômes sont plus connus sous le nom de la COVID longue. 

«Notre objectif était d’abord de déterminer la prévalence de la COVID longue chez 185 patients atteints de la COVID-19 interrogés au hasard et, par la suite, de déterminer s’il y avait une association entre l’apparition de symptômes COVID longs et la réactivation du virus Epstein-Barr (VEB) chez 68 patients recrutés parmi les participants», expliquent les chercheurs.

Ils indiquent que des résultats similaires ont été observés dans un groupe secondaire de 18 sujets 21 à 90 jours après un test positif pour le SARS-Cov-2, indiquant qu’une réactivation peut se produire peu de temps après ou en même temps que l’infection COVID-19.

Articles récents du même sujet