Actualités

Des milliers de fièr.es à la marche de la Fierté

Marche de la fierté
Photo: Pascal Gaxet/Métro

L’édition 2021 de la marche de la Fierté rassemble plusieurs milliers de personnes, ce dimanche après-midi. Le massif cortège fait flotter le drapeau arc-en-ciel du parc Jeanne-Mance jusqu’au Village de Montréal entre chants joyeux et revendicateurs.

Au départ du parc Jeanne-Mance à 13h, la marche de la Fierté se dirige vers le Village en passant par le boulevard René-Levesque, puis la rue Ste-Catherine. À 14h30, «la traditionnelle minute de silence sera tenue, en mémoire de celleux qui ont été victimes du sida et de l’homophobie.»

Difficile de comptabiliser le nombre de personnes présentes, mais il semble qu’elles étaient environ 15 000, d’après les forces de l’ordre sur place.

Près du cortège, Marilou Gauthier, qui se revendique Queer, et Nash, qui ne veut pas dévoiler son identité, sont fières d’être présentes.

«J’ai fait mon coming-out récemment et j’en suis fière. Je me sens soutenue par ma famille et je veux soutenir ma communauté», explique Marilou du haut de ses 15 ans.

«Il est important d’être là, car dans l’histoire, notre communauté n’avait que peu de droits», ajoute-t-elle.

Au niveau des futures avancées à réaliser dans la société québécoise, les deux amies mentionnent qu’il faudrait libérer la parole.

«Il y a encore trop d’oppression, ne serait-ce qu’à partir du champ lexical sur la communauté avec les « pédés » et autres injures admises dans le quotidien», soutient Marilou.

Cette oppression semble faire taire les jeunes. «Le sujet devrait être amené à l’école, on nous apprend à vivre dans une société hétérosexuelle alors que la société est multiple. Ça serait bon pour les jeunes d’avoir une vrai vision de la société car cette masculinité totale s’est implantée», analyse Nash.

Le leader du bloc québécois, Yves-François Blanchet, a participé à la marche.

Yves-François Blanchet

Dimanche dernier, une «marche Trans», à l’initiative d’Action santé travesti.e.s et transsexuel.le.s du Québec (ASTTEQ), avait pour but de revendiquer plus de droits pour les personnes transgenres et des modifications légales car les lois actuelles brimeraient certains droits de la communauté trans. Celle-ci avait rassemblé presque deux cent personnes.

Articles récents du même sujet