Actualités

Le passeport vaccinal, un «fardeau nécessaire» pour les restaurateurs

Un bar. Photo: Caroline Lefer-Palos/Métro Média

C’est maintenant officiel: dès le 1er septembre, il faudra montrer une preuve vaccinale pour entrer dans divers lieux publics, qui ont été définis par le ministère de la Santé mardi après-midi. Du lot, on trouve les restaurants, qui éprouvent certaines craintes quant à l’application du passeport vaccinal.

Pour les utilisateurs d’Apple, il sera possible de télécharger l’application du passeport, Vaxicode, dès demain. Les propriétaires d’un appareil utilisant Android devront pour leur part attendre quelques jours.

«C’est sûr que ce sera un fardeau pour nous, ce ne sera pas facile à appliquer, admet le vice-président de l’Association des restaurateurs du Québec (ARQ), François Meunier, en entrevue avec Métro. Ça va demander un effort considérable. L’industrie va s’y plier sans gaieté de cœur. Mais nous comprenons que c’est nécessaire.»

Le passeport sera utilisé en rodage durant les deux premières semaines de septembre. Des sanctions comme des amendes seront ensuite imposées aux individus qui pénètrent dans les lieux publics visés sans montrer une preuve vaccinale. C’est justement la gestion de ces récalcitrants qui inquiète l’ARQ.

«On espère que de nouvelles campagnes de sensibilisation seront mises sur pieds pour convaincre les gens de télécharger leur code QR, indique M. Meunier. Il faudra aussi qu’un employé vérifie le passeport ainsi qu’une pièce d’identité, ce qui ne sera pas facile à appliquer avec la pénurie de personnel qui nous affecte.»

À quand des assouplissements?

Puisque tous les convives dans les restaurants seront adéquatement vaccinés, l’ARQ espérait que les mesures imposées dans les établissements soient réduites, mais une distanciation physique de deux mètres est toujours nécessaire entre les tables, tandis que les bars sont limités à 80% de leur capacité habituelle. La capacité des événements comme les mariages est également réduite.

«On est réaliste et souhaitons que la situation ne s’empire pas avec le variant Delta, relativise M. Meunier. Mais dans les prochaines semaines, je pense qu’on est en droit à s’attendre à quelques assouplissements.»

Selon M. Meunier, il faut s’attendre à voir des restaurants fermer leurs portes par refus de se plier au passeport vaccinal. Il préfère néanmoins que quelques restaurants ferment parce qu’ils refusent d’appliquer la mesure plutôt que la santé publique décide de fermer tous les établissements à cause d’éclosions. «C’est hors de question que l’industrie soit pénalisée à cause d’eux», tranche-t-il.

Encore un flou

Trop d’informations sont encore à préciser en ce qui concerne l’utilisation du passeport vaccinal, dénonce Québec Solidaire.

«Qu’arrive-t‘il si des employeurs ou des propriétaires demandent le passeport vaccinal? Il n’y a aucune mesure pour dissuader les utilisations abusives de l’application. Les angles morts de la CAQ sont encore nombreux», estime le député Vincent Marissal.

«À une semaine de l’instauration du passeport vaccinal, on s’attendait à des balises, des limites, des critères pour son retrait éventuel, bref, un encadrement à la hauteur de l’inédit de cette mesure. Pourtant, le ministre Dubé a ouvert bien plus de portes qu’il en a fermées», estime M. Marissal.

L’annonce des modalités du passeport vaccinal était «incomplète», estime également le Parti Québécois.

«Nous déplorons le manque de transparence et de respect de la CAQ envers les citoyens, alors qu’on a caché une information cruciale en conférence de presse sur l’étendue de la mesure, laquelle dépasse de loin ce qu’on laissait entendre jusqu’ici», indique le député Joël Arseneau.

Contrairement à ce qu’avait laissé entendre le premier ministre François Legault, il pourrait être question de l’usage du passeport vaccinal par les employeurs privés lors de la commission parlementaire de jeudi et vendredi sur la vaccination obligatoire.

Accélérer le retour au travail

Pour la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM), il sera important de préciser comment le passeport vaccinal pourra accélérer le retour des travailleurs au bureau dès septembre.

«Le gouvernement ne doit pas envoyer de signaux contradictoires en décourageant le retour en présentiel des travailleurs doublement vaccinés. Il faut accélérer le redémarrage de l’économie en permettant aux travailleurs de revenir de manière sécuritaire sur leurs lieux de travail, en s’appuyant sur le passeport vaccinal, les tests rapides, ou toutes autres mesures qui seront considérées comme optimales par les entreprises», estime le président Michel Leblanc.

En général, le passeport vaccinal a été accueilli favorablement par le milieu des affaires, selon la CCMM.

Articles récents du même sujet