Actualités

Élections: plus de représentativité jeunesse dans les institutions, suggèrent les candidats

Gilbert Thibodeau, chef d'Action Montréal, Balarama Holness, chef de Mouvement Montréal, Valérie Plante, cheffe de Projet Montréal et Denis Coderre, chef d'Ensemble Montréal Photo: La Jeune Chambre de commerce de Montréal (JCCM), capture d'écran.

Les quatre principaux candidats à l’élection municipale de Montréal ont pu proposer leurs priorités pour la jeunesse à l’occasion d’un événement étudiant de questions-réponses, à l’Université de Montréal, mardi soir. Denis Coderre, d’Ensemble Montréal, Balarama Holness, de Mouvement Montréal, Valérie Plante, de Projet Montréal, et Gilbert Thibodeau, d’Action Montréal, ont élaboré sur les enjeux touchant les étudiants notamment le logement, la représentativité dans les institutions, l’inclusion, la mobilité et le cadre de vie.

Les candidats sont allés dans le même sens en ce qui a trait à l’inclusion ou la représentativité de la jeunesse dans les institutions de la Ville. «Les jeunes ont cette faculté de porter des problématiques qui leur tiennent à cœur et nous nous devons d’être représentatifs pour ces priorités comme le logement ou les changements climatiques», a avancé Mme Plante.

Denis Coderre a expliqué, pour sa part, que Montréal en tant que ville cosmopolite doit faire davantage de place à la tolérance et que la lutte contre le racisme est un combat continuel. «Il faut ramener le vivre-ensemble en trouvant l’équilibre entre ouverture et vigilance. Travailler de manière préventive, en sensibilisant et formant», explique celui qui a occupé la fonction de ministre fédéral de l’immigration. Le candidat qui se targue d’avoir plus de 35 % de candidats de moins de 35 ans dans son équipe électorale souhaite voir plus de conseils jeunesse s’attabler dans le processus décisionnel de la ville. C’est une façon «d’assurer une place au soleil» pour tout le monde.

Balarama Holness n’a pas souhaité jouer au jeu de celui qui a le parti le plus diversifié. «À Mouvement Montréal, on ne sortira pas la calculatrice. Il faut de la représentativité à tous les niveaux, jeunes ou aînés. L’innovation, l’entrepreneuriat et la créativité viennent de la jeunesse. L’essor économique doit passer par l’inclusion de la jeunesse.»

«Montréal devrait prendre en considération les propositions des organisations jeunesse quant au fonctionnement de la ville», a indiqué Gilbert Thibodeau.

Aménagement du territoire

Denis Coderre veut assurer que le territoire se développe de manière harmonieuse en parlant d’un écosystème de développement. «Le développement social, écologique et économique vont ensemble. Montréal, ce n’est pas juste le centre-ville. Avec le REM et le prolongement de la ligne bleue, il faut développer d’autres arrondissements de manière douce et intelligente pour lutter contre l’étalement urbain.»

Mme Plante souhaite respecter la cachet «vie de quartier» qui fait la force de Montréal. «Ce qui nous démarque à l’international, c’est la vie de quartier. Il faut donc miser là-dessus, sur les espaces verts et les artères commerciales.»

Les candidats ont mis de l’avant des promesses de logements abordables à l’intention des étudiants. M. Holness ajoute qu’il faut certes des logements étudiants abordables mais c’est la ville dans son entièreté qui doit devenir abordable.

Les différents candidats se disent ouverts à ce que l’âge du vote soit abaissé à 16 ans. «Qui était à l’avant plan pendant la pandémie ? La jeunesse. Le droit de vote devrait être accessible dès 16 ans avec possibilité de voter à l’école. C’est une éducation à la vie citoyenne», explique M. Holness. Mme Plante irait au-delà en étendant cette possibilité aux résidents permanents. «C’est une bonne chose d’ouvrir au plus de catégories possible. On souhaite aussi avoir des discussions avec les paliers supérieurs concernant les résidents permanents car ils payent des taxes à Montréal, ils y travaillent, ils y élèvent leurs familles, ils y étudient. On pense que ça serait pertinent qu’ils puissent participer à la vie démocratique.»

Parcage de l’itinérance

M. Thibodeau a suggéré que la ville réserve un terrain pour les itinérants qui pourraient alors s’y installer et même y cultiver des légumes. Celui-ci indique qu’il est impossible de sortir tous les itinérants de la rue car certains en on fait un choix de vie. Le terrain devrait se situer à bonne distance du voisinage et des commerces, explique M. Thibodeau.

Gilbert Thibodeau, natif de Montréal, a demandé à la jeunesse d’aller voter. «Je veux vous réveiller, car ça ne va pas bien à Montréal. C’est vous qui allez hériter des finances de la ville et des augmentations de taxes», explique-t-il, donnant au passage les félicitations à l’organisation qui l’a invité pour une première fois.

L’événement était organisé conjointement par le Conseil interculturel de Montréal, le Conseil jeunesse de Montréal, la Fédération des associations étudiantes du campus de l’Université de Montréal, Force jeunesse, le Forum jeunesse de l’île de Montréal et la Jeune chambre de commerce de Montréal, au Campus MIL de l’Université de Montréal.

Vos nouvelles 100% locales, recevez-les chaque jour.

Nos infolettres vous suivant partout.

Articles récents du même sujet