Actualités

Investissement de 280 M$ dans la lutte contre l’itinérance

Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant
Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant Photo: Josie Desmarais/Archives Métro

Pour s’attaquer à l’itinérance exacerbée par la pandémie, Québec investit une somme de près de 280 M$ dans un nouveau programme, S’allier devant l’itinérance. L’objectif sera de faciliter l’accès au logement au cours des cinq prochaines années.

Plutôt que de travailler «dans l’urgence», dans le but de fournir des logements d’urgence aux personnes dans la rue, Québec misera sur une «prise en charge globale, permanente et plus stable», a expliqué le ministre délégué aux Services sociaux, Lionel Carmant, dans un point de presse à Montréal.

«Dans le contexte de la pandémie, on constate une hausse et une complexification de différentes problématiques, dont l’itinérance, constate le ministre Carmant. Nous sommes dans la bonne direction: ce plan d’action interministériel se veut un véritable souffle qui nous permettra de nous allier devant l’itinérance.»

Dans la région de Montréal, on constate une hausse de 70% de l’itinérance. Le nombre de personnes à la rue se trouverait autour de 1200, selon les dernières estimations. En Outaouais, l’itinérance aurait presque doublée.

Concrètement, ce seront 77 M$ qui seront investis pour stabiliser la situation résidentielle des personnes en situation d’itinérance ou en voie de le devenir. Les services dédiés aux personnes en situation de dépendance se verront octroyer un investissement supplémentaire de 40 M$. Une somme de 14 M$ vise à réduire l’itinérance chez les peuples autochtones, et 10 M$ sont réservés aux services pour les femmes.

Une portion importante des investissements sera dédiée à Montréal. La métropole «a des enjeux qui lui sont propres et qui méritent des solutions importantes», a évalué la ministre responsable de la région de Montréal, Chantal Rouleau.

Accueil favorable

La plan présenté par la CAQ consiste en «un engagement fort sur l’importance qui est donnée à l’itinérance et aux nouveaux besoins post-pandémiques», considère l’opposition officielle de la métropole, Ensemble Montréal.

«Montréal et le gouvernement du Québec doivent être des partenaires de premier plan dans la mise en œuvre de cette vision, estime le porte-parole en matière d’itinérance du parti, Benoit Langevin. Ensemble Montréal est confiant que ce plan s’arrimera aux actions que notre formation politique s’est engagée à entreprendre au cours des quatre prochaines années pour que tous les Montréalais puissent vivre dans la dignité.»

Paré pour l’hiver

Un plan en prévision de la saison hivernale sera dévoilé «d’ici quelques jours», a précisé le ministre Carmant. L’an dernier, 1500 lits ont été rendus disponibles dans la région de Montréal, notamment à l’hôtel Place Dupuis. On comptera minimalement sur le même nombre de lits disponibles cette année.

Dès maintenant, les itinérants pourront avoir «accès à un toit 12 mois par année», assure M. Carmant. Un service de navette permettra notamment aux sans-abris de passer d’une ressource d’hébergement à l’autre.

«Des fois, les itinérants se voient refuser des ressources. Le but du plan, c’est de travailler entre organismes, pour qu’un itinérant qui arrive devant une ressource bondée puisse être déplacé vers une autre ressource», explique-t-il.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet