Actualités

Le programme Culture et citoyenneté québécoise sera enseigné dès 2022

Jean-François Roberge
Le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge. Photo: Josie Desmarais/Métro

Le programme Culture et citoyenneté québécoise qui remplacera le cours Éthique et culture religieuse sera déployé progressivement dans les écoles primaires et secondaires de la province dès la rentrée 2022. Le programme sera ensuite mis en œuvre dans l’ensemble du réseau à la rentrée 2023.

Le programme, dont la rédaction est déjà entamée, vise à permettre aux élèves de «développer une pensée critique en approfondissant leur compréhension de la culture et de la citoyenneté québécoise». Tout comme le programme qu’il remplacera, le nouveau cours sera obligatoire de la 1re année du primaire à la 5e année du secondaire, à l’exception de la 3e année du secondaire.

Selon le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, le nouveau cours se veut notamment une réponse aux rapports récemment déposés par différents groupes de travail tels le groupe d’action pour contrer l’intimidation, le groupe d’action contre le racisme ou encore la commission spéciale sur l’exploitation sexuelle des mineurs.

Le cours Éthique et culture religieuse avait fait l’objet de nombreuses critiques qui rendaient nécessaire sa révision en profondeur, selon M. Roberge. Il soutient même que ce curriculum comporte «quelque chose de vicié à la base».

«Les manuels scolaires de l’ancien cours projetaient des images trop souvent stéréotypées, allant même des fois jusqu’à propager des préjugés à l’égard des femmes ou de certaines communautés. L’ancien programme reposait aussi sur un dogme qui est une erreur à savoir que c’est l’appartenance à une confession, à une communauté religieuse qui définit essentiellement notre identité. On ne peut plus tolérer ce genre de biais au Québec dans nos écoles. Ce sont des principes contraires à nos valeurs et nos principes de base», explique-t-il.

Le ministre caquiste déplore par ailleurs que les appels à la censure, le manque de respect sur les réseaux sociaux ainsi que les atteintes à la libre expression seraient des phénomènes de plus en plus marquants au Québec.

«Les propos nuancés sont trop rares. Tout est blanc ou tout est noir. Il y a les bons et les méchants. Ça n’a pas de bon sens. Ce n’est pas propre au dialogue, aux échanges respectueux. C’est plus que jamais nécessaire de retrouver les bases au dialogue et aux relations interpersonnelles respectueuses», précise M. Roberge.

Culture, citoyenneté, dialogue et pensée critique

Les nouveaux thèmes du programme reposeront sur trois axes principaux, soit la culture, la citoyenneté québécoise ainsi que sur un troisième qui inclura le dialogue et la pensée critique. 

On vise notamment à amener les élèves à s’intéresser et à comprendre la culture «des sociétés», tout en accordant une «place prépondérante» à la culture de la nation québécoise, notamment ses fondements, son évolution, ses ambassadeurs et ses œuvres phares.

Dans le cadre du deuxième axe, les valeurs et les principes de la société québécoise seront présentés.

Respect de soi et des autres, liberté d’expression et de conscience, droits et libertés et responsabilités en société feront partie des thèmes abordés. Il est également prévu d’initier les élèves aux institutions démocratiques et judiciaires.

La représentation de la sexualité dans l’espace public, le consentement, les violences sexuelles, les défis reliés au numérique et aux enjeux environnementaux seront aussi des thématiques présentées. L’enseignement sera fait «tout en respectant l’âge et le développement des élèves», assure M. Roberge.

Afin de susciter le dialogue, le développement de la pensée critique, les élèves seront amenés à aborder des dilemmes moraux et examiner des repaires d’ordre culturel, religieux ou social. Il est également prévu d’aborder les enjeux liés aux Premières Nations et aux Inuits.

Avant son implantation dans le réseau, le nouveau programme doit être soumis à un processus de validation auprès de divers comités et des partenaires du réseau de l’éducation.

Des formations seront offertes aux enseignantes et enseignants pour les soutenir dans la mise en œuvre du programme.

Vos nouvelles 100% locales, recevez-les chaque jour.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet