Actualités

Liste noire de médecins: une plainte au commissaire à l’éthique envisagée

François Legault
Le premier ministre du Québec, François Legault Photo: Josie Desmarais/Métro

Le Parti québécois (PQ) évalue la possibilité de déposer une plainte au Commissaire à l’éthique et à la déontologie contre la CAQ. Les partis d’opposition remettent en question les procédures entourant l’acquisition d’une liste noire de médecins omnipraticiens qui prennent en charge un nombre faible de patients.

«On est en train de voir s’il est opportun d’avoir recours à la Commissaire à l’éthique pour clarifier la situation, parce que ces révélations-là sont effectivement troublantes», a admis le porte-parole du parti en matière de santé, Joël Arseneau.

Mardi, François Legault avouait avoir obtenu une liste identifiant les médecins prenant en charge moins de 1000 patients à partir de données de la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ). Du même souffle, il affirmait être prêt à déposer un projet de loi pour permettre au ministère de la Santé de communiquer l’identité de ces médecins aux CISSS et CIUSSS.

«Ce qu’on voit, c’est que le gouvernement, encore une fois, entreprend une campagne pour se délester de sa responsabilité, pour camoufler, en fait, son inaction des trois dernières années», dénonce M. Arseneau. Le gouvernement agit de la sorte parce qu’il sera incapable de remplir sa promesse électorale voulant que tous les Québécois aient accès à un médecin de famille en 2022, estime-t-il.

François Legault cherche à se dissocier des gouvernements précédents, qui ont tenté de pousser les médecins de famille à prendre plus de patients en charge en négociant avec leur syndicat. Selon lui, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) est l’un des «syndicats les plus puissants».

Pour l’heure, la CAQ ignore toujours si l’acquisition d’information sur les médecins de famille via la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) constitue une pratique légale.

Mettre fin à l’urgence

Pour les libéraux, François Legault abuse de son pouvoir en multipliant les décrets pour agir à sa guise. «S’il y avait une raison pour justifier qu’on devrait lever, aujourd’hui, l’urgence, bien, c’est un exemple patent de ce qui ne devrait pas être fait de notre démocratie et ça devrait justifier le fait qu’on lève cette urgence sanitaire», estime la chef Dominique Anglade.

Québec solidaire abonde dans le même sens, statuant «qu’il faut mettre fin à l’état d’urgence sanitaire qui permet à la CAQ de faire la pluie et le beau temps».

«Québec solidaire propose depuis des mois d’adopter une loi transitoire précisément pour empêcher ce genre d’usage élastique de l’état d’urgence. L’état d’urgence est exceptionnel, il doit le rester», considère le député de Rosemont, Vincent Marissal.

Lors de son discours d’ouverture de l’Assemblée nationale, François Legault indiquait que l’urgence sanitaire devrait être levée au début de l’année 2022, lorsque la vaccination des enfants de 5 à 11 ans sera complétée. À ce moment, plusieurs mesures sanitaires en vigueur au Québec devraient être enrayées.

Vos nouvelles 100% locales, recevez-les chaque jour.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet