Actualités

Polytechnique: «On a un devoir de mémoire», dit le premier ministre Legault

Photo: Photos Denis Germain

En cette Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes, 14 faisceaux lumineux ont illuminé le ciel de Montréal en souvenir des événements survenus le 6 décembre 1989 à Polytechnique et en mémoire des 14 femmes assassinées ce jour-là. La cérémonie s’est déroulée en présence des familles, de la mairesse de Montréal, Valérie Plante, du premier ministre du Canada, Justin Trudeau et du premier ministre du Québec, François Legault. Ce dernier indique qu’il reste «du travail à faire».

Le souvenir de cet attentat dans lequel 14 jeunes femmes ont perdu la vie, il y a 32 ans, est toujours aussi douloureux et malheureusement, pour trop de femmes, la violence continue aujourd’hui à faire partie du quotidien. En ce 6 décembre, souvenons nous, pour que la violence faite aux femmes cesse enfin et que toutes les filles et les femmes, sans exception, aient l’avenir qui leur appartient.

Valérie Plante, mairesse de Montréal
Photos Denis Germain

Rappelons qu’il y a 32 ans, le 6 décembre 1989, 13 étudiantes et 1 employée de l’École Polytechnique ont été assassinés par Marc Lépine, un antiféministe âgé de 25 ans.

La cérémonie s’est déroulée au belvédère Kondiaronk du mont Royal, alors que Mère nature se déchaînait. La pluie battante et de forts vents ont perturbé la cérémonie. Un cortège composé des familles et de plusieurs élus a entouré l’autel dressé en mémoire des victimes. Tous arboraient un ruban blanc sur le cœur, signe de commémoration de cet événement.

Photos Denis Germain

En introduction de la cérémonie, l’une des survivantes, Nathalie Provost, a souhaité que l’on aspire «à un monde meilleur où l’on n’accepte plus que des femmes meurent parce qu’elles sont femmes». Tour à tour et après une minute de silence, les participants ont déposé des roses blanches sur l’autel. Tout près, on avait déposé le portrait des femmes mortes ce jour-là.

Chaque fois que le nom d’une victime a été prononcé, un faisceau lumineux s’allumait en direction du ciel. On a entendu les noms de Geneviève Bergeron, Hélène Colgan, Nathalie Croteau, Barbara Daigneault, Anne-Marie Edward, Maud Haviernick, Barbara Klucznik-Widajewicz, Maryse Laganière, Maryse Leclair, Anne-Marie Lemay, Sonia Pelletier, Michèle Richard, Annie St-Arneault et Annie Turcotte

On se souvient tous du 6 décembre 1989… À l’époque, j’étais président d’Air Transat, j’avais réuni mes employés quand on a appris qu’un homme était arrivé [à Polytechnique] et avait séparé les femmes des hommes. Il a attaqué l’une des valeurs fondamentales du Québec qui est l’égalité hommes-femmes. On a vraiment un devoir de mémoire. […] On a fait du chemin mais il y a encore du travail à faire.

François Legault, premier ministre du Québec

Pendant la cérémonie et les moments de recueillement, la pianiste Viviane Audet a accompagné les participants avec ses créations musicales Les filles montagnes et Elles (la montagne qui gronde).

Je me joins aux Canadiens de partout au pays pour rendre hommage aux 14 jeunes femmes qui ont été assassinées de façon insensée et aux 13 autres qui ont été blessées le 6 décembre 1989 à l’École Polytechnique de Montréal. Nous honorons leur mémoire et unissons nos voix pour condamner la misogynie qui a mené à cette tragédie.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Les drapeaux de la Ville ont été mis en berne toute la journée.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet