Soutenez

Violence armée: Montréal reçoit 250 millions

Photo: Sliman Naciri/Métro

Le gouvernement du Québec versera 250 millions de dollars supplémentaires à la Ville de Montréal au cours des cinq prochaines années. La somme, répartie en cinq enveloppes annuelles de 50 millions de dollars, servira à lutter contre l’actuel fléau de violence armée qui sévit dans la métropole.

L’annonce a été faite ce samedi à la mi-journée lors d’un point de presse.

La ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault était accompagnée de la ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal, Chantal Rouleau, de la mairesse de la Ville de Montréal, Valérie Plante, et de la directrice par intérim du Service de police de la Ville Montréal (SPVM), Sophie Roy, pour présenter de nouvelles mesures en réponse à la hausse des crimes impliquant des armes à feu au cours des dernières semaines.

«La situation a pris une envergure nouvelle cette semaine avec les deux fusillades. On sent bien qu’il y a une inquiétude ainsi qu’un besoin de poser un geste supplémentaire, malgré tout ce qui se fait déjà, pour renforcer le sentiment de sécurité des Montréalais. C’est la raison de notre présence ici aujourd’hui», a déclaré la ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault.

Chantal Rouleau, la ministre responsable de la Métropole a également reconnu que «ce sont des circonstances dramatiques qui nous réunissent aujourd’hui. La situation est grave et demande toute notre attention. À titre d’élus, on doit assumer pleinement notre leadership pour que le climat de paix qu’on connait dans notre métropole soit rétabli.»

450 policiers de plus sur 5 ans

Dans le budget annuel de 50 millions de dollars alloués à la métropole, 45 millions serviront spécifiquement à l’embauche de policiers. «On a besoin de plus de policiers au SPVM et plus de présence policière sur le territoire Montréalais», a affirmé Géneviève Guilbault. Au terme des cinq années, cette aide permettra l’embauche de 225 policiers supplémentaires par Québec. Une entente entre la métropole et le gouvernement prévoit que Montréal fasse exactement la même chose, ce qui devrait porter le nombre de nouvelles recrues à 450, dont la moitié financée par Québec.

Interrogée sur la formation de ces nouveaux policiers, la vice-première ministre a assuré que le gouvernement avait travaillé avec l’École nationale de police du Québec, afin de créer une capacité supplémentaire de 72 places par année, en plus des 756 effectifs annuels.

Les 5 millions restants de l’enveloppe seront utilisés pour l’embauche d’intervenants sociaux. «30% des appels au 911 à Montréal sont des appels liés à la santé mentale. Il y a des situations qui se retrouvent sur les bras de nos policiers, mais qui ne sont pas des interventions de sécurité publique», a précisé Geneviève Guilbault.

La lutte contre la violence armée, c’est la priorité absolue au SPVM. On va poursuivre le combat avec toute notre énergie et notre expertise.

Sophie Roy, directrice par intérim du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM)

Le gouvernement du Québec présent pour sa métropole

La mairesse de la Ville de Montréal, Valérie Plante s’est réjouie de ces nouvelles mesures. «C’est un moment fort qui montre à quel point nous sommes tous ensemble et alliés lorsqu’il est question de répondre de façon forte et habile face à la montée de la violence. Le gouvernement du Québec dit à sa métropole, on est là», a-t-elle déclaré.

La cheffe de Projet Montréal a rappelé la stratégie de son administration dans la lutte contre la violence armée. Selon elle, cette dernière doit s’articuler autour de trois axes: le contrôle des armes à feu, les groupes criminalisés et la prévention. «Notre plan est clair depuis le premier jour. On n’a pas lésiné ni sur les efforts ni sur les énergies pour mettre en place ce plan qui porte ses fruits», a-t-elle insisté.

Questionnée sur la capacité de la Ville de Montréal à faire bon usage des sommes annoncées, alors que des suspicions planaient cette semaine sur la gestion du financement du SPVM par la métropole, Geneviève Guilbault a réitéré son soutien et sa confiance : «nous on a confiance en la ville de Montréal et en le SPVM. On a donné des sommes importantes depuis qu’on est au gouvernement. On a tout lieu de croire que ces sommes ont été dûment investies. La preuve est qu’aujourd’hui, on pose un geste très exceptionnel. C’est important de réaliser que 250 millions sur cinq ans, c’est beaucoup d’argent. On ne confierait pas ces sommes-là à des instances en qui on n’aurait pas confiance.»

Valérie Plante estime de son côté que «dans les prochaines semaines, et dans les prochains mois, on va être en mesure de voir l’impact de ces nouvelles décisions. Montréal ne sera pas le terrain de jeu des criminels», a-t-elle conclu.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.