Soutenez

Immigration et violence: «le fond de sa pensée», affirme Anglade

La cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade, et le premier ministre caquiste sortant, François Legault.
La cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade, et le premier ministre caquiste sortant, François Legault. Photo: Métro Média

L’association faite hier par François Legault entre l’immigration et la violence reflète «le fond de sa pensée», selon la cheffe libérale Dominique Anglade. Ancienne candidate caquiste, Mme Anglade affirme d’ailleurs avoir quitté le parti de M. Legault pour cette raison.

Mme Anglade réagissait à nouveau jeudi matin aux propos tenus par François Legault mercredi, en marge d’une annonce sur les familles et l’économie. Dominique Anglade juge que malgré ses excuses, M. Legault n’évolue pas. C’est «exactement sur ces enjeux» qu’elle rappelle avoir quitté la CAQ en 2013. «Et on revient exactement au même endroit», se désole-t-elle.

Ce que je vois, c’est la démonstration même, au vu et au su de tout le monde, de ce que pense véritablement François Legault.

Dominique Anglade

Plutôt que de faire des amalgames entre violence et immigration, Mme Anglade juge qu’il est préférable de «se donner les moyens d’inclure davantage» et non pas de baisser les seuils d’immigration. À ses yeux, le message que M. Legault a livré hier, «c’est que l’autre, celui qui n’est pas comme nous, il est dangereux». Ces propos contribuent à faire paraître M. Legault comme un premier ministre qui «divise», toujours selon Mme Anglade.

Mme Anglade avait d’ailleurs abordé les raisons pour lesquelles elle avait quitté la CAQ lors d’une entrevue avec le chroniqueur Frédéric Bérard, alors qu’elle était candidate à la chefferie du Parti libéral du Québec.

M. Legault a présenté ses excuses mercredi soir. «Je n’ai pas voulu associer l’immigration à la violence. Je suis désolé si mes propos ont porté à confusion», a-t-il déclaré sur son profil Twitter personnel.

Lors de son point de presse, jeudi matin, portant sur l’accès à la santé dans les régions éloignées du Québec, il est revenu sur ses propos de la veille. Il a répété que «l’immigration est une richesse pour le Québec» et qu’il n’a «jamais voulu associer l’immigration et la violence».

Ce que j’ai voulu dire, c’est que tous les états dans le monde ont un défi d’intégrer les nouveaux arrivants à leurs valeurs et à leur langue. Mais au Québec c’est un défi particulier à cause de la situation de la langue en Amérique du Nord.

François Legault, premier ministre sortant.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.