Monde
14:21 29 mars 2018 | mise à jour le: 30 mars 2018 à 10:32 Temps de lecture: 3 minutes

Affaire Skripal: Moscou expulse 60 diplomates américains, ferme le consulat américain

Affaire Skripal: Moscou expulse 60 diplomates américains, ferme le consulat américain
Photo: APRussian Foreign Minister Sergey Lavrov prepares to speak in Moscow, Russia, Thursday, March 29, 2018. Russia's foreign minister says Moscow will expel the same number of diplomats from the nations that have expelled Russian diplomats over the poisoning of an ex-Russian spy in Britain. (AP Photo/Alexander Zemlianichenko)

La Russie va expulser 60 diplomates américains et fermer le consulat des États-Unis à Saint-Pétersbourg, des mesures identiques à celles prises par Washington contre Moscou dans le cadre de l’affaire Skripal, a déclaré jeudi le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

Les mesures prises par Moscou « incluent l’expulsion du même nombre de diplomates et le retrait de l’accréditation du consulat général des États-Unis à Saint-Pétersbourg », dans le nord-ouest de la Russie, a déclaré M. Lavrov lors d’une conférence de presse.

« En ce qui concerne les autres pays, (la réponse de Moscou) sera aussi pour tous identique en ce qui concerne le nombre de personnes qui quitteront la Russie », a prévenu M. Lavrov.

« En ce moment-même, l’ambassadeur des États-Unis (Jon) Huntsman a été invité au ministère, où mon vice-ministre Sergueï Riabkov l’informe du contenu de ces mesures de représailles envers les États-Unis », a-t-il ajouté.

Les États-Unis ont annoncé lundi l’expulsion de 60 « espions » russes et la fermeture du consulat russe à Seattle dans le cadre de mesures de rétorsion après l’empoisonnement le 4 mars de l’ex-agent russe Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia sur le sol britannique.

Au total, plus de 140 diplomates russes en Europe, en Amérique du Nord, en Ukraine ou en Australie sont touchés par une mesure d’expulsion dans une action coordonnée, en soutien à Londres qui accuse Moscou d’avoir empoisonné l’ex-espion russe.

« Nous souhaitons réagir à des décisions absolument inadmissibles, qui ont été prises contre nous sous forte pression des États-Unis et de la Grande-Bretagne », a-t-il affirmé.

La Russie a à maintes reprises clamé son innocence et accuse Londres de ne « pas vouloir entendre les réponses » de Moscou.

Guterres s’inquiète de tensions similaires à la Guerre froide
Le secrétaire général des Nations unies a estimé jeudi que les tensions actuelles entre les États-Unis et la Russie commençaient à ressembler à celles de la Guerre froide, après l’annonce de l’expulsion de dizaines de diplomates russes par des pays occidentaux.

« Je pense que nous arrivons à une situation qui est similaire, dans une large mesure, à ce que nous avons vécu pendant la Guerre froide », a indiqué Antonio Guterres devant la presse.

Au total, plus de 140 diplomates russes en Europe, en Amérique du Nord, en Ukraine ou en Australie sont touchés par une mesure d’expulsion dans une action coordonnée, en soutien à Londres qui accuse Moscou d’avoir empoisonné un ex-espion double russe au Royaume-Uni.

Et Moscou a annoncé jeudi en représailles l’expulsion de 60 diplomates américains et la fermeture du consulat des États-Unis à Saint-Pétersbourg, des mesures identiques à celles prises par Washington dans le cadre de l’affaire Skripal.

M. Guterres a précisé être « très inquiet » concernant l’absence de mécanisme pour apaiser les tensions, comme des canaux de partage d’informations entre Washington et Moscou qui ont été démantelés avec la fin de la Guerre froide.

« Je crois qu’il est temps d’avoir des précautions de ce type, garantissant une communication efficace, garantissant une capacité à empêcher l’escalade », a ajouté le patron de l’ONU.

Le président américain Donald Trump a autorisé ce qui a été décrit comme la plus importante expulsion de diplomates russes en poste aux États-Unis, ainsi que la fermeture du consulat de Seattle.

Son prédécesseur Barack Obama avait expulsé 35 agents russes en décembre 2016 pour punir Moscou de son ingérence dans l’élection présidentielle américaine.

Articles similaires