Montréal

Communauto s’allie à Peugeot-Citroën

Photo: Mathias Marchal/Métro

Communauto annoncé mercredi une alliance avec le fabricant français Peugeot-Citroën (Groupe PSA).

PSA qui fabrique notamment deux autos électriques, la Peugeot ion et la C-Zéro, deviendra actionnaire minoritaire de Comnunauto, ce qui favorisera entre autres le déploiement de l’entreprise montréalaise d’autopartage à l’international, a résumé Benoit Robert, président fondateur de Communauto.

Cette entente aura peu de conséquences directe pour les utilisateurs montréalais étant donné qu’aucun des véhicules du premier constructeur français n’est homologué au Canada. «À moyen terme, nous avons prévu de revenir en Amérique du Nord et ce sera d’abord par l’intermédiaire de l’autopartage», a souligné en conférence de presse, Grégoire Olivier, directeur des services de mobilité chez PSA.

Mais comme l’alliance entre PSA et Communauto est aussi d’ordre technologique, le fabricant français pourrait très bien à court terme tester sa voiture sans chauffeur dans les rues de Montréal. «Ils sont déjà bien avancés avec des tests sur route et ont déjà notamment relié Bordeaux à Paris», mentionne Marco Viviani, porte-parole de Communauto. «Pour nous, la voiture sans chauffeur, c’est l’avenir de l’autopartage, mais si tu veux tester ce genre de véhicules, il faut avoir des partenariats avec des constructeurs», ajoute-t-il.

La Ville de Montréal travaille d’ailleurs à un projet de tests en circuit fermé de voitures autonomes dans le secteur du Vieux-Montréal, le Quartier de l’innovation ou dans le parc Jean-Drapeau et qui serait possiblement inauguré lors du congrès mondial Intelligent transports systems qui se tiendra à Montréal, en novembre 2017.

Outre le groupe PSA, l’alliance annoncée mercredi inclut la société d’investissement en capital privé MKB qui se spécialise notamment dans le secteur des villes intelligentes. Cette dernière devient elle aussi actionnaire minoritaire de Communauto qui gardera donc les deux mains sur le volant. «Ces investissements permettront notamment de poursuivre l’électrification du parc de véhicules et de faire évoluer nos technologies», conclut M. Viviani.

Articles récents du même sujet