Actulocal sud-ouest
14:52 2 février 2017 | mise à jour le: 2 février 2017 à 15:10

Trois bus électriques dans les rues de Montréal ce printemps

Trois bus électriques dans les rues de Montréal ce printemps
Photo: STMLe bus électrique de Nova Bus que testera la STM à partir de 2016.

La mise en service de trois bus 100% électriques sur la ligne 36-Monk est maintenant prévue pour ce printemps.

Le président de la Société de transport de Montréal (STM), Phillipe Schnobb, a fait cette précision, lors de la séance mensuelle du conseil d’administration, sur la progression de ce projet appelée Cité Mobilité.

Depuis que Québec a octroyé une subvention de 11,9M$ à la STM, en 2013, dans le cadre de sa stratégie d’électrification des transports collectifs, l’échéancier du projet a été repoussé. A priori, les bus électriques devaient commencer à rouler vers la fin de l’année 2015 ou au début de l’année 2016. La STM a expliqué les délais par l’obligation d’obtenir une dérogation pour l’achat de gré à gré de bus électriques auprès de Nova Bus. Celle-ci a été accordée par le ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire près de deux ans après l’annonce du projet.

Le conseiller de Projet Montréal, Craig Sauvé, qui est élu dans un des arrondissements qui sera desservi par les bus électriques, a suspecté que les compressions budgétaires ou même le gel d’embauche soient en cause. «Ça n’aide pas la STM à sortir les projets de la table à dessins», a-t-il dit. Cette explication n’a pas été évoquée par la société de transport.

Depuis le mois de décembre, les trois bus électriques sont testés dans les rues de Montréal. L’autonomie des piles est évaluée en période hivernale et les activités de recharge sont examinées. Les chauffeurs sont aussi formés pour la conduite de bus électriques. La STM a assuré que cette étape du projet se déroule rondement.

Les trois bus électriques de Nova Bus se déplaceront dans les arrondissements de Ville-Marie et du Sud-Ouest sur le circuit de la ligne 36-Monk. Leurs piles seront rechargées en bout de ligne, sous des pantographes, qui ont été installés l’automne dernier au terminus Angrignon et dans le Quartier international, à l’angle des rues Saint-Antoine et du Square Victoria. L’opération ne durera que cinq minutes. Les piles seront aussi rechargées pendant la nuit au centre de transport LaSalle.

Ce «projet de démonstration», qui doit se conclure en 2019, coûte en tout 16M$. En plus du gouvernement du Québec, Hydro-Québec y contribue aussi pour un montant de 100 000$. Selon les résultats du projet, si la STM décide d’acquérir d’autres bus 100% électriques à recharge rapide, elle devra lancer un appel d’offres.