Montréal

La voiture sans conducteur sera testée à Montréal

La voiture sans conducteur sera testée à Montréal
Photo: Collaboration spéciale

Montréal ouvrira prochainement son centre-ville aux tests sur les voitures autonomes.

Dans la foulée de la mise sur pied de l’Institut de l’électrification et des transports intelligents, que la Ville a confirmé mercredi, une zone d’expérimentation sera créée dans les rues du centre-ville de la métropole. La voiture autonome y sera notamment mise à l’essai, a indiqué la responsable de l’électrification des transports à la Ville de Montréal, Elsie Lefebvre.

«Évidemment, il y aura des balises et les projets seront encadrés pour qu’il n’y ait aucun danger sur la route pour les autres automobilistes», a précisé l’élue de Villeray. Cette dernière a souligné les avantages de la métropole pour les entreprises investies dans la recherche sur les transports intelligents, en évoquant le contexte urbain, mais aussi les saisons québécoises qui permettent de tester les véhicules dans toutes les conditions météorologiques.

«On veut prendre le leadership canadien, a ajouté Mme Lefebvre. Avec [l’]institut, on va réunir les acteurs clefs: les chercheurs, le savoir-faire et les entreprises intéressées. On veut leur offrir un lieu à la fois virtuel et physique pour faciliter leurs tests pour ce type de véhicule d’un nouveau genre.»

Des tests dès l’automne
Une source bien informée du dossier a confié à Métro qu’une démonstration à Montréal sur la voiture autonome aura lieu dès l’automne, en marge du Intelligent Transportation Society World Congress, qui se déroulera au Palais des congrès du 29 octobre au 2 novembre. Le Groupe Keolis, qui est spécialisé dans le transport par bus et qui a déjà lancé un projet-pilote avec une navette autonome à Lyon en septembre dernier avec le fabricant Navya, serait en lice pour y prendre part. Les deux entreprises ont d’ailleurs manifesté en décembre dernier leur intention de faire prochainement rouler ce véhicule au Québec.

Ce ne sera pas la première fois que de tels essais urbains se dérouleront en Amérique du Nord. Depuis l’automne dernier, plusieurs villes américaines, notamment San Francisco et Pittsburgh, ont ouvert leurs routes à cette technologie. Des voitures similaires ont aussi roulé en Ontario.

«Montréal possède tous les atouts afin de devenir un des leaders mondiaux dans le domaine de la mobilité du futur», a déclaré mercredi le maire Denis Coderre, lors de la présentation de cet Institut de l’électrification et des transports intelligents.

Cet organisme, qui sera situé à Griffintown, dans le Quartier de l’innovation, a notamment pour mandat de stimuler la commercialisation des innovations et de développer des partenariats internationaux.

Sa création rentre dans le cadre d’une stratégie globale d’électrification des transports menée par la Ville. D’ici 2020, Montréal compte implanter 1000 bornes de recharge électrique et vise à remplacer l’ensemble de la flotte actuelle des véhicules municipaux à essence par des voitures électriques.