Montréal

Pas de hausse de tarifs à la STM en juillet 2017

Métro à la Station McGill.
Métro à la Station McGill. Photo: Emmanuel Delacour/TC Media

Contrairement à l’an dernier, les tarifs de la Société de transport de Montréal (STM) ne seront pas majorés au 1er juillet prochain.

«C’est une belle occasion, pour une dernière fois, de prendre cette décision», a lancé jeudi le maire de Montréal, Denis Coderre, en évoquant la nouvelle gouvernance du transport en commun qui sera mise en place le 1er juin prochain.

L’Autorité régionale des transports métropolitains (ARTM), qui reprendra certaines responsabilités de l’Agence métropolitaine de transport (AMT), sera entre autres en charge du cadre tarifaire. L’harmonisation des tarifs de transport en commun pour l’ensemble de la région métropolitaine doit être effectuée au début de l’année 2018, a indiqué le maire Coderre.

Le futur président de l’ARTM, Paul Côté, a d’ailleurs assuré en février dernier que l’arrivée de la nouvelle gouvernance n’entraînera pas de choc tarifaire. Il avait donné l’exemple d’une hausse tarifaire de 5% comme étant «assez improbable».

«On mérite un break et je pense que nos clients en méritent également un», a dit le maire de Montréal. Ce dernier a également souligné le 375e anniversaire de la ville, les investissements massifs annoncés dans les transports en commun et la dernière hausse de l’achalandage pour justifier cette décision de maintenir les tarifs de la STM jusqu’à la fin de l’année.

Le conseiller de Projet Montréal, Craig Sauvé, a salué cette initiative. «[2016], ce n’était pas le meilleure année pour le transport en commun, a-t-il déploré. C’est peut-être en raison de cela qu’ils ne voulaient pas augmenter les tarifs.»

0,7% de plus de déplacements
D’après le rapport annuel 2016 de la STM, qui a été rendu public jeudi, les déplacements effectués dans les réseaux de bus et de métro ont augmenté 0,7% l’an dernier, après avoir connu une baisse de 0,9% en 2015. Pas moins de 416,2 millions de déplacements ont été recensés l’an dernier dans ces réseaux, contre 413,3 millions en 2015.

L’achalandage était en hausse en 2016, mais il n’a pas atteint le sommet record enregistré en 2014 de près de 417,2 millions de déplacements.

«On est très satisfait de ces chiffres», a lancé le président de la Société de transport de Montréal, Philippe Schnobb. Il a attribué cette augmentation à la conjoncture positive de l’économie, à la bonne saison touristique et à la hausse du service dans le Sud-Ouest, où les grands chantiers sont concentrés.

M. Schnobb a insisté pour dire que davantage d’usagers pourraient être accueillis dans les réseaux de bus et du métro de la STM. Il a donné l’exemple des voitures de métro Azur, qui seront au nombre de 30 au terme de l’année 2017, qui présentent une capacité supérieure de 8% aux voitures MR-63 et MR-73.

«Quand on aura 36 ou 37 trains Azur sur la ligne orange, on verra la différence, a-t-il dit. Quand un train Azur passe, le quai se vide beaucoup plus facilement.»

«Les trains Azur peuvent aider, mais ils sont pleins le matin», a répliqué Craig Sauvé. Ce dernier a regretté que la tendance à la hausse de l’achalandage ait été brisée, en soulignant la stagnation du nombre de déplacements depuis quatre ans.

Articles récents du même sujet